Après le G3 qui se distinguait par son écran Quad HD et le G4 qui avait obtenu d’excellentes critiques pour son capteur photo, LG, comme tous les manufacturiers qui gagnent en popularité, était attendu au tournant pour son nouveau modèle.

Le moins que l’on puisse dire du LG G5 est que l’appareil intrigue. Avec son design modulaire et un changement radical du manufacturier dans son approche du haut de gamme, le nouvel appareil ne laisse pas indifférent.

Nous avons pu essayer durant quelques jours le téléphone avant son lancement commercial, de quoi vous en proposer une critique détaillée. Il faut cependant noter que l’appareil prêté, bien qu’il s’agisse du matériel final, ne dispose pas de la version logicielle qui sera disponible au lancement commercial. Il est donc possible que des variations soient présentes, bien que l’on puisse déjà avoir une très bonne idée des performances de l’appareil.

Caractéristiques techniques du LG G5

Alors qu’avec son G4 LG avait fait le choix de ne pas embarquer ce qui se faisait de mieux en termes de puissance, la fiche technique du G5 est digne d’un haut de gamme actuel.

Affichage
  • 5.3″ Quad-HD IPS LCD (2560 x 1440)
  • Densité de pixels: 554 ppi
Dimensions149.4 x 73.9 x 7.7 mm
Poids159 grammes
ProcesseurProcesseur quadricoeur Qualcomm Snapdragon 820 (2 x 2.15 GHz + 2 x 1.6 GHz)
Mémoire
  • 4 Go de RAM
  • 32 Go de mémoire interne
  • Carte micro-SD jusqu’à 200 Go
Système d’exploitationAndroid 6.0.1 Lollipop
Appareil photo / vidéo
  • Appareils photos arrières : 16 Mégapixels f/1.8 + 8 Mégapixels f/2.4, OIS
  • Caméra vidéo : 4K
  • Appareil photo en façade : 8 mégapixels, f/2.0
Connectivité
  • nano SIM
  • Connecteur USB-C
  • GPS, A-GPS, GLONASS
Batterie / AutonomieBatterie amovible de 2 800 mAh

LG G5 - Test Geeks and Com -24

Design

Le LG G4 ressemblait beaucoup à un G3 en plus gros, en particulier lorsque l’on utilisait pas la coque en cuir. Le G5 pour sa part tranche complètement avec ses prédécesseur. On sent bien ici que le manufacturier s’est demandé comment utiliser un boitier entièrement en aluminium ayant un aspect unibody tout en conservant les fonctionnalités d’un appareil qui s’ouvre, avec notamment la batterie amovible.

Pour cela, LG a fait preuve d’originalité, puisqu’il est possible, en appuyant sur un bouton, de déclencher l’ouverture du bas de l’appareil, qui glisse pour faire apparaitre la batterie. Non seulement cela permet d’accéder à ce composant de l’appareil que l’on peut être amené à changer avec le temps, mais cela ouvre également des possibilités d’évolution par l’utilisation d’accessoires. LG a ainsi mis en avant son « Cam Plus », une poignée qui aide à la prise de photos tout en ajoutant une batterie supplémentaire, ou encore un DAC de Bang & Olufsen qui permet d’avoir du son en 36 bit.

À l’avant, l’appareil est très réussi au niveau du design et correspond très bien à ce que l’on attend d’un appareil haut de gamme, avec des matériaux agréables et une belle intégration de l’écran grâce à un rebord arrondi. On retrouve sur la gauche les boutons de volume, qui étaient à l’arrière de l’appareil sur les 3 générations précédentes, tandis que le bouton d’allumage reste à l’arrière, fusionné avec le capteur d’empreintes..

Mon avis sur l’arrière de l’appareil est plus mitigé. Si l’on peut apprécier que LG n’ait pas mis un gros logo de sa marque et se soit limité à un discret « G5 », le fait que les deux protubérances des appareils photos et du capteur d’empreintes soient accompagnées de la coque plutôt que de cercles métalliques donne une impression bizarre, comme si l’appareil n’était pas terminé. Bien évidemment cela reste subjectif et ne représente pas de mon côté une gêne après quelques heures, mais il ne s’agit pas sur ce point du plus bel appareil que j’ai évalué.

LG G5 - Test Geeks and Com -12

Ayant déplacé les boutons de volume et d’allumage sur les côtés, LG a positionné son capteur d’empreintes digitales sur l’arrière de l’appareil. Là aussi il s’agira d’une question de goût, mais j’ai tendance à préférer lorsque celui-ci est sur l’avant de l’appareil, comme sur certains appareils de Samsung ou d’Apple, par exemple. Le capteur arrière tombe bien sous le doigt, mais ne correspond pas à une prise naturelle de l’appareil, ce qui oblige à positionner tout d’abord sa main pour la lecture d’empreinte, puis de la repositionner pour l’utilisation de l’appareil, ce que je ne trouve pas optimal. Une petite déception également à noter au niveau de la finition lorsque l’on tient l’appareil ou que l’on passe son doigt sur les bordures. En effet, on a tendance à accrocher l’appareil à la séparation de l’appareil ce qui n’est pas agréable.

En étant moins large et moins épais que son prédécesseur, je trouve la prise en main du LG G5 bien meilleure que celle du LG G4, ce qui devrait ravir les petites mains. Le nouveau modèle est en revanche un peu plus haut et plus lourd que le modèle de l’année dernière, avec 149.4 x 73.9 x 7.7 mm pour 159g contre 148.9 x 76.1 x 6.3 – 9.8 mm pour 155 grammes. On ne peut cependant s’empêcher de penser que l’avant de l’appareil a de la place perdue, quand on sait que pour un encombrement quasiment identique le Galaxy S7 edge de Samsung embarque un écran de 5,5 pouces contre 5,3 pour le LG G5.

Le LG G5 est donc une très belle amélioration par rapport au LG G4, en permettant une meilleure prise en main et en utilisant des matériaux beaucoup plus haut de gamme.

Connectivité

La connectivité du LG G5 est plutôt bien fournie, avec LTE pouvant fonctionner jusqu’à 450 Mb/s sur les réseaux le supportant, du WiFi 802.11ac double bande, du Bluetooth 4.2 avec AD2P ainsi que du NFC.

La qualité d’appel était très bonne tout au long du test, et je n’ai vécu aucune plainte de mon entourage au niveau de la réception de ma voix. Je n’ai noté aucune différence perceptible au niveau de la réception avec un Galaxy S7 que j’utilisais durant la même période. Au niveau des débits constatés, j’étais régulièrement autour des 50 mbps dans le centre ville de Montréal sur le réseau de Vidéotron, ce qui est largement suffisant pour les différents usages mobiles.

LG G5 - Test Geeks and Com -23

Écran

LG est réputé pour faire de beaux écrans et le G5 poursuit la tradition. L’écran de l’appareil est très lumineux et reste visible quelles que soient les conditions de luminosité environnante. Les angles de visions sont très bons et les couleurs sont fidèles, sans avoir une tendance à la saturation comme certains écrans OLED.

Bonne surprise également, les noirs sont assez profonds, sans pour autant atteindre les niveaux d’un écran OLED. On évite cependant l’aspect grisâtre de certains écrans, ce qui rend particulièrement bien sur l’écran de verrouillage animé installé par défaut.

Avec une résolution identique au modèle de l’année précédente, mais une diagonale d’écran inférieure de 0,2 pouces, la densité de pixels est cette année plus élevée. Dans les faits, même en regardant de très près on ne parvient pas à voir de différence à ce niveau, tant l’écran du G4 était déjà très bon.

Tout comme les S7 et S7 edge, LG a intégré sur son G5 un mode « Always On », qui conserve une partie de l’écran allumée pour afficher l’heure ainsi que les notifications principales. La fonctionnalité est beaucoup moins lumineuse sur le G5, ce qui n’est pas un point négatif pour ce genre d’usages, puisque cela attire moins le regard. En effet, alors que sur le S7 la portion allumée de l’écran attire le regard, en particulier à cause du fait qu’elle bouge chaque minute, l’équivalent sur le G5 est beaucoup plus discret. Il s’agira donc moins ici d’un aspect esthétique destiné à personnaliser son appareil mais plus d’un réel côté pratique afin de consulter les notifications sans allumer l’écran au complet.

LG G5 - Test Geeks and Com -15

L’écran du LG G5 est donc parmi les plus beaux sur le marché et ne déçoit pas. On obtient le niveau de qualité que l’on attend d’un appareil haut de gamme d’aujourd’hui à ce niveau, et quel que soit l’usage on prend plaisir à regarder l’affichage.

Performances du LG G5

C’est l’éternel combat, à chaque lancement d’appareil haut de gamme, les processeurs sont mis à rude épreuve dans une série de benchmarks et de tâches diverses afin de déterminer qui est le plus puissant et sera couronné grand vainqueur.

Sur certains marchés le Galaxy S7 est équipé du Snapdragon 820 et avait donc donné une bonne idée de ce que l’on pouvait attendre du processeur. Au Canada et en France en revanche, l’appareil de Samsung était équipé du Exynos 8890, laissant au LG G5 la place de premier modèle grand public équipé du processeur de Qualcomm.

En utilisation quotidienne, l’appareil reste fluide et répond bien aux glissements du doigt. Je n’ai pas vécu de ralentissements ni de saccades, ce qui est un point très positif. On oublie donc l’impression mitigée que l’on avait eue lors du lancement du LG G4 pour laisser place à un vrai haut de gamme au comportement que l’on attend.

Les benchmarks réalisés sur Geekbench 3 confirment la puissance de l’appareil et l’impression de fluidité. Le G5 se permet même de battre le Samsung Galaxy S7 en benchmark simple coeur, avec un score de 2288 contre 2063, tandis qu’il se fait distancer en utilisation multi-coeurs, avec 5351 contre 6173. Cela s’explique principalement par le fait que le processeur du G5 a quatre coeurs contre 8 pour celui du Samsung.

3DMark et PC Mark confirment également les très bonnes performances de l’appareil. On obtient ainsi un score de 5864 au test de performance de PC Mark, contre 4720 pour le Samsung Galaxy S7, tandis qu’au test 3D Sling Shot ES 3.1 le LG G5 prend également la tête avec 2477 contre 1940.

L’appareil de LG se défend donc très bien au niveau des benchmarks, ce qui confirme l’impression globale de fluidité et de puissance que l’on a lorsque l’on utilise quotidiennement l’appareil. Vous pouvez d’ailleurs retrouver un comparatif du Galaxy S7 et du LG G5 dans un article dédié à leurs benchmarks.

Vous pouvez retrouver les différentes captures des benchmarks effectués ci-dessous :

Système d’exploitation et interface LG

LG a beaucoup fait évoluer son interface ces dernières années, mais on ne peut pas dire que j’étais le plus grand fan de leur surcouche LG UX, y compris sur le LG G4. Celle-ci n’était pas moche, mais faisait à mon sens trop colorée et pas assez sobre et professionnelle.

Je trouve à ce niveau le G5 beaucoup plus réussi. Les icônes sont encore très colorées, mais les menus de réglages et les applications en elle même sont beaucoup plus « propres » et clairs. La personnalisation semble dans l’ensemble beaucoup plus légère et devient donc plus agréable à utiliser.

LG G5 - Test Geeks and Com -6

Les habitués d’Android risquent cependant d’être très perturbés dans un premier temps, puisque LG a adopté pour toutes les régions du monde un comportement que l’on retrouve d’habitude plutôt en Asie : la suppression du tiroir d’applications. Toutes les applications se retrouvent donc sur le bureau, ce qui risque de ne pas plaire à ceux qui rangent d’habitude assez mal leurs applications ou sont adeptes d’un bureau épurés.

Il existe bien la possibilité de réactiver ce menu d’applications, mais celle-ci s’accompagne de l’activation du mode simplifié du bureau, limitant ainsi les possibilités de personnalisation par la même occasion. Il s’agit donc clairement ici d’une question d’habitude, et l’on oublie plutôt rapidement cette différence.

Dans l’ensemble, LG a donc bien amélioré l’expérience globale de son logiciel, qui donne un aspect global mieux pensé et semble beaucoup plus clair en utilisation quotidienne. On regrette encore quelques traductions approximatives en français, LG étant malheureusement coutumier du fait.

Autonomie

Samsung a insisté beaucoup cette année sur l’augmentation de la capacité de ses batteries, allant jusqu’à inclure une batterie de 3600 mAh dans son S7 edge, LG a pour sa part adopté l’attitude inverse en passant d’une capacité de 3000 mAh sur son G4 a 2800 mAh sur le G5. On ne peut qu’être déçus de cette décision, même si elle s’explique par le design adopté par l’appareil. On rappellera par ailleurs que le S7 edge a un encombrement quasiment identique, tout en offrant 800 mAh de plus que l’appareil de LG.

Bien évidemment, LG réplique que son appareil a pour avantage de pouvoir remplacer très simplement la batterie, et on lui accordera ce point. Cela implique cependant d’acheter une deuxième batterie et de penser à la recharger afin d’en avoir une de rechange sur soi, ce qui ne correspondra sans doute pas à la majorité des utilisateurs.

L’autonomie réelle que j’ai obtenue avec l’appareil dépendait fortement de mon type d’utilisation. Je suis parvenu à tenir une journée complète et même un peu plus en utilisation moyenne, tandis qu’une journée intense d’utilisation débutée à 7h30 m’a obligé à recharger vers 20h. C’est donc dans l’ensemble plutôt bon, mais on reste en dessous de ce que j’ai expérimenté avec un Galaxy S7 edge. On est dans l’ensemble plus proche d’un Galaxy S7, légèrement en dessous.

C’est d’ailleurs ce que confirme le benchmark de batterie de PCMark, qui simule une utilisation mixte de l’appareil, avec de la navigation web, de la visualisation de vidéos ou encore de l’édition photo. Alors que l’on tient 7h43 avec un Galaxy S7 et 9h20 avec un Galaxy S7 edge, il a fallu 7h02 au LG G5 pour s’éteindre dans les mêmes conditions d’utilisation. Ces résultats ne sont donc pas mauvais, mais on pourrait s’attendre à mieux d’un appareil de cette taille, en particulier après avoir eu des G3 et G4 plutôt performants à ce niveau.

LG G5 - Test Geeks and Com -25

Appareil Photo et Vidéo

Le LG G4 a été souvent mis en avant pour ses excellents résultats en photographie, et l’on attendait donc son successeur de pied ferme. LG a profité de sa conférence d’annonce pour démontrer une fonctionnalité particulièrement intéressante et qui consiste à utiliser un second capteur, beaucoup plus grand angle, afin de capturer des détails supplémentaires d’une scène. Nous avons donc réalisé des tests dans différentes conditions de lumière.

Appareils photos arrières

Il est rare que l’on mette ce titre de section au pluriel, mais le LG G5 dispose donc bien de deux capteurs à l’arrière de l’appareil. Le premier offre une résolution de 16 mégapixels et une focale de f/1.8 tandis que le second permet des images de 8 mégapixels à f/2.4 avec un angle de capture de 135 degrés.

LG G5 - Test Geeks and Com -5

Les images prises par le premier capteur sont impressionnantes de détails, aussi bien de jour que de nuit. Les couleurs sont fidèles à la scène, aucun flou n’est à déplorer et les différentes conditions de luminosité sont très bien gérées, y compris à contre jour. Point négatif cependant à ce niveau, la capture d’images, surtout de nuit, est moins rapide que sur le petit dernier de Samsung. Il faut donc compter un petit délai entre le moment où l’on appuie et celui où l’image est réellement capturée.

Le second capteur, à très grand angle, est clairement celui qui attire le plus la curiosité. LG en avait fait plusieurs démonstrations mais nous avions hâte de pouvoir constater par nous même les performances de celui-ci. L’exemple ci-dessous le montre très bien, il est effectivement possible de capturer bien plus d’espace d’une scène dans ce mode, ce qui est très pratique dans certains cas, comme la capture d’un gros bâtiment dans l’exemple.

LG G5 capteur classique
LG G5 capteur classique
LG G5 capteur grand angle
LG G5 capteur grand angle

La prise de photos à grand angle ne se fait cependant pas sans contrepartie, puisqu’on obtient un effet « fish eye » sur les côtés de l’image, et les résultats sont beaucoup moins bons de nuit qu’avec l’appareil photo principal. En bonnes conditions en revanche, cela devrait permettre d’aider bien des photos de vacances, et certains effets tirant partie des deux capteurs photos de manière simultanée sont amusants et donnent des résultats originaux.

Effet double capteur
Effet utilisant le double capteur

Vous pouvez également retrouver d’autres exemples d’images capturées avec le LG G5 en pleine résolution ci-dessous :

[flickr_set id= »72157665480649110″]

Appareil photo avant

Côté appareil photo avant, c’est moins glorieux. Les résultats en éclairage d’intérieur sont rapidement bruités et peu définis. Le capteur avant servira donc à dépanner et à faire des vidéoconférences mais ne sera pas la révélation de l’année pour les amateurs de selfies.

Selfie LG G5

Ceux-ci devraient cependant apprécier le fait qu’une barre de défilement permet d’appliquer un degré plus ou moins important de « beauté » sur l’image capturée, effaçant ainsi les boutons et lissant les rides. C’est toujours bon à prendre, si l’on en abuse pas.

Caméra vidéo

Côté vidéo, la bonne nouvelle est que l’on peut exploiter les deux capteurs au sein d’une même séquence, et donc passer de manière transparente de l’un à l’autre. Les séquences capturées en 4K sont plutôt bien détaillées et la stabilisation optique est efficace. Le focus est également rapide, même s’il l’est légèrement moins que sur le Samsung Galaxy S7.

La gestion de la luminosité est également très efficace, l’appareil s’ajustant rapidement entre les zones sombres et lumineuses, même lors de contre-jours. En vidéo le LG G5 se débrouille donc plutôt bien et offre de nouvelles possibilités grâce aux deux capteurs inclus.

J’ai malheureusement été beaucoup moins impressionné par le mode ralenti, qui produit des résultats à l’apparence beaucoup plus saccadée que ceux du Galaxy S7. On sent que LG a besoin de continuer à travailler sur cet aspect pour offrir une simplicité et une qualité équivalente à Samsung et Apple à ce niveau.

Multimédia

Même critique que l’on fait malheureusement souvent sur les appareils, qu’il s’agisse de haut de gamme ou non, le LG G5 ne dispose que d’un seul haut parleur pour diffuser le son. La bonne nouvelle est que celui-ci est puissant, plus que celui du S7 par exemple. En revanche, le son résonne par moment de manière désagréable à plein volume, ce qui poussera à baisser le son. On utilisera donc le haut parleur du LG G5 plutôt pour dépanner et partager une vidéo, mais une écoute prolongée sera bien plus agréable avec des écouteurs.

Côté formats supportés, il ne sera malheureusement pas possible de consulter des vidéos ayant du son dolby sans passer par un lecteur externe tel que VLC. Les sous titres sont pour leur part très bien gérés, qu’il s’agisse de fichiers externes ou intégrés directement dans le conteneur. Les vidéos en HD et en 4K sont passées sans problème sans faire ralentir l’appareil, ce qui est très appréciable et permet de bien profiter de la qualité de l’écran.

LG G5 - Test Geeks and Com -21

Conclusion

Le LG G5 est un appareil très difficile à tester, tant de nombreuses choses sont laissées à l’appréciation de chacun. Le design par exemple, déchaîne les passions sur le web et certains adorent tandis que d’autres détestent. Il en va de même pour l’aspect modulaire que certains trouvent très bien pensés tandis que d’autres le trouvent inutile.

Pour ma part, j’ai beaucoup aimé le temps passé avec le LG G5 et l’appareil a de nombreux atouts, tel qu’une performance sans reproche, une partie photo très réussie et une interface bien mieux maîtrisée. J’aurais cependant préféré le maintien au moins de la capacité de la batterie de l’année précédente. Nous n’avons malheureusement pas pu essayer d’accessoires en même temps que l’appareil, l’aspect modulaire sera donc évalué dès leur réception.

Il faudra donc finalement voir à quel prix le LG G5 sera proposé afin de se faire une meilleure idée de sa compétitivité. Au Canada, l’opérateur Rogers a annoncé que l’appareil serait disponible à 300 dollars, soit 100 de moins que le Galaxy S7 et 200$ de moins que la version edge. Si cela se confirme chez d’autres opérateurs et sur d’autres marchés, l’appareil devrait bénéficier d’un avantage certain qui devrait intéresser bon nombre d’utilisateurs.

NOTES
Design
9
Performances
9
Écran
9
Système d'exploitation
8.5
Autonomie
8
Appareil photo et vidéo
8.5
PARTAGER
Éditeur de Geeks and Com', je suis un passionné de nouvelles technologies, de sport et de tout ce qui touche au monde des communications/marketing. Je suis également consultant en communication numérique pour Signature sur le Saint-Laurent (construction du nouveau pont Champlain à Montréal).