J’ai toujours été un fan de Mythologie grecque et ma passion s’est vraiment amplifiée durant mes cours de Latins lorsque j’avais 13 ou 14 ans. À l’époque, j’avais la chance d’avoir une enseignante qui réservait toujours une partie de la semaine à nous raconter une nouvelle légende. Ce n’est pas surprenant que j’aie donc sauté sur l’occasion lorsque j’ai entendu parler de la sortie du jeu Theseus sur PlayStation VR il y a quelques mois.

Fiche technique

  • Date de sortie : 26 juillet 2017 
  • Style : Réalité Virtuelle
  • Classement ESRB / PEGI : ESRB T / PEGI 12
  • Développeur : Forge Reply
  • Éditeur : Forge Reply
  • Langue d’exploitation : Anglais avec sous-titre français
  • Disponible sur PSVR et sur PC (Automne 2017)
  • Testé sur PlayStation VR avec PS4 Pro
  • Prix de l’ensemble lors du test : 26,99 $ CA / 19,99 €
  • Site officiel
  • Version envoyée par l’éditeur

La légende de Thésée et le Minotaure

Theseus (ou Thésée en français) est un mythique roi cofondateur d’Athènes dans la Mythologie grecque. Il est le fils d’Égée (Poséidon) et d’Éthra. Thésée est reconnu comme ayant été un grand réformateur qui avait aussi unifié des nations et instauré un climat de paix entre plusieurs royaumes.

Par contre, son Mythe part d’une légende qui veut que Thésée ait été envoyé dans le labyrinthe du Roi Minos, là où de jeunes Athéniens et Athéniennes devaient être sacrifiés pour calmer la faim de l’infâme Minotaure, pour vaincre la créature qui y habitait. Grâce à un fil de laine et à une épée qu’il avait cachée dans sa tunique, il réussit à terrasser la bête et retrouver son chemin hors du labyrinthe. C’est donc autour de cette histoire et avec plusieurs interprétations laissées au goût des développeurs que le jeu est basé.

Une atmosphère terrifiante

La première chose qui va vous étonner en plongeant dans Theseus, c’est le fait que le jeu ne se déroule pas à la première personne comme la plupart des jeux PlayStation VR. À la place, la caméra est fixée derrière le personnage pour nous donner une vue à la troisième personne et vous pouvez regarder dans la direction voulue avec le gyroscope de votre casque.

D’ailleurs, l’attrait principal du jeu est assurément l’atmosphère qui vous immerge rapidement dans cet univers à la fois sombre et quelque peu inquiétant. J’ai passé la majorité de mon aventure à regarder les parois et les ruines qui m’entouraient parce que l’environnement est drôlement bien peint. Même si la résolution n’est pas à la hauteur des consoles de salon, vous serez surpris de la quantité de détails qu’il y a dans les décors et je suis sûr que cet aspect vous charmera.

En plus des nombreux détails, vous aurez toujours ce sentiment d’inquiétude qui plane autour de votre personnage, car on se sent constamment observé et on anticipe le danger à tout moment. En regardant dans la pénombre, vous verrez à maintes reprises des yeux perçants qui vous observent et plusieurs silhouettes terrifiantes passeront près de votre personnage. Qui plus est, le labyrinthe est constamment en train de trembler et tomber en morceaux sous les lourds pas du Minotaure qui guette les alentours. Tout comme avec le jeu Wilson’s Heart que j’ai testé plus tôt cette année, l’atmosphère que les développeurs nous ont offerte grâce à la réalité virtuelle nous garde toujours aux aguets. Garder notre calme devient souvent difficile et le jeu est parfait ainsi.

Des combats douteux

Là où les choses se gâtent, c’est au niveau de la jouabilité qui n’est pas du tout à point. Outre le Minotaure qui est prêt à nous bondir dessus à tout moment, vous devrez combattre une dizaine d’arachnides géants. Les contrôles sont ridiculement simples puisqu’il suffit d’attaquer et d’esquiver quand vient le bon moment. Une simple attaque vous permettra d’enchaîner une combinaison qui sera suivie d’action QTE (Quick time event) pour venir à bout de l’ennemi. Sur papier, ça semble intéressant, mais en réalité c’est très lent ce qui coupe le rythme du jeu énormément. Les mouvements du personnage en combat ne sont pas du tout fluides ce qui est difficilement explicable en 2017. La seule bonne nouvelle, c’est que les ennemis se font plutôt rares et vous n’aurez pas à souffrir trop longtemps.

Attention au Minotaure

Heureusement, le Minotaure fait bien meilleure figurine, car il est particulièrement terrifiant et tout simplement immense. Lors de ma première rencontre et les subséquentes, je me suis toujours senti très tendu et stressé alors que je tentais de tout faire pour ne pas attirer son attention. Comme celui-ci est aveugle, il est primordial de ne pas éveiller ses autres sens en restant sur place et en s’assurant de ne pas faire de bruit ou produire de la chaleur.

J’ai été surpris à quelques reprises lorsqu’il est soudainement apparu devant moi en détruisant complètement un mur et, comme c’est fait de manière aléatoire, j’étais toujours sur mes gardes. En réalité virtuelle, ce concept est vraiment bien exploité.

Trop peu d’exploration

Quand je me suis lancé dans Theseus, j’anticipais que ce serait un long parcours dans un énorme labyrinthe pratiquement sans fin et qui allait me prendre beaucoup de temps à explorer. La vérité, c’est que l’aventure prend environ 2 heures à compléter et on a surtout l’impression d’être sur des rails dans un parc d’attractions plutôt que dans un jeu vidéo. Vous n’aurez jamais à choisir entre deux chemins à emprunter, car on vous imposera un corridor linéaire ce qui est plutôt décevant.

Vous tomberez aussi sur quelques casse-têtes plutôt faciles à compléter et quelques secrets à trouver qui vous permettront d’obtenir la vraie fin du jeu. Malheureusement, c’est trop peu et je ne me suis jamais vraiment senti investi dans l’exploration de Theseus.

Le verdict

En terminant, Theseus s’avérait remplie de promesse, mais n’a pas vraiment réussi à répondre à mes attentes. Malgré plusieurs concepts très bien exploités, il manque de finition et le jeu est trop court pour qu’on se sente à fond dans l’aventure. Avec des combats un peu mieux peaufinés et une exploration mieux développée, il n’y a aucun doute que le jeu de Forge Reply aurait été bien mieux accueilli. J’espère que ce ne sera pas le dernier jeu à exploiter cette Mythologie.

NOTES
Note d'enthousiasme
5
PARTAGER
Anthony est comme Batman puisqu'il mène une double vie. De jour, c'est un simple banquier, mais le soir et les fins de semaine il se transforme en rédacteur de la section jeux vidéo sur Geeks & Com' où il partage sa passion. On peut dire qu'il aime presque tous les styles, mais il a quand même un petit faible supplémentaire pour les jeux narratifs et les JRPG !