Sortie originalement en 2006, il n’y a pratiquement aucune plateforme sur laquelle le jeu Okami de Sega n’est pas déjà paru. Pourtant, plus de 10 ans après, je n’avais toujours pas eu l’occasion d’essayer le titre en question. C’est donc avec un enthousiasme certain que je m’accroche à ma manette afin d’incarner Amaterasu, le loup blanc. Cependant, est-ce que les différentes versions qu’on a vues naître au fils des années justifient que l’on s’y intéresse encore aujourd’hui ? Ou bien le jeu a mal vieilli et il aurait été préférable de le laisser dans ses heures de gloire passées ? C’est ce que nous allons découvrir dans le test d’Okami HD ici-bas !

Fiche technique

  • Date de sortie : 12 décembre 2017
  • Style : Aventure
  • Classement ESRB / PEGI : T / PEGI 12
  • Développeur : Clover Studio
  • Éditeur : Capcom
  • Langue d’exploitation : Textes en Français
  • Disponible sur PlayStation 4, Xbox One, PC
  • Évalué sur Xbox One
  • Prix lors du test : 29.99$ CAN / 20.99€ 
  • Site officiel 

Histoire provenant du Soleil levant

Il serait possible de vous parler de l’histoire derrière le jeu Okami pour une centième fois, mais je crois qu’il est préférable de s’attarder aux détails qui justifient que l’on parle encore de ce jeu de nos jours. Je vais tout de même résumer brièvement le contexte : on incarne un loup blanc du nom d’Amaterasu. Ce loup est en fait la déesse du soleil qui doit venir à bout d’un démon à huit têtes à l’aide d’un pinceau céleste.

Ce pinceau sera votre allié tout au long de l’aventure et vous permettra de faire différentes actions : passer du jour à la nuit, attaquer les ennemis, réparer des décors, etc. Bref, plusieurs actions seront débloquées au fil de l’aventure.

Le grand art japonais

On peut faire mentionner assez rapidement ce qui fait la force du titre. L’humour particulier et hilarant du jeu nous prend totalement par surprise et on accroche immédiatement aux différents personnages qui seront de l’aventure. Mais ce qui en fait un titre exceptionnel, c’est la qualité graphique du jeu. Bien que sorti en 2006 au départ, le jeu s’est vu amélioré avec le temps et représente un plus beau titre que bien d’autres nouveautés récentes. On a l’impression de se retrouver devant une peinture faite par un grand peintre et de jouer à l’intérieur de cettedite peinture. Le soin et le respect de l’image du studio nous laissent bouche bée dès les premières phases du jeu.

Et c’est d’autant plus vrai sur les consoles d’aujourd’hui avec la Xbox One et le PlayStation 4. Si vous avez la chance de posséder un téléviseur 4K, vous aurez de la difficulté à comprendre que ce jeu date de plus de dix ans déjà. Et pour ceux dont ce n’est pas le cas, vous aurez tout de même le droit à un rendu en 1080p, ce qui est loin d’être banal.

Quelques soucis mineurs

Okami n’est pas parfait, mais il n’est pas loin de l’être. Honnêtement, chercher des défauts dans un jeu de la sorte relève pratiquement du crime. On constate que les angles de caméra ne sont pas toujours notre plus grand allié. Certains également y trouveront à dire sur la difficulté presque inexistante. Mais honnêtement, Okami relève beaucoup plus d’une expérience globale que d’un jeu qui nous met au défi. Il vaut mieux être zen et se laisser envoûter par la magie du jeu. C’est uniquement de cette façon que vous allez découvrir un des plus grands jeux des dernières années, rien de moins.

Conclusion

Okami HD représente un hommage à ce que le titre a déjà été, c’est-à-dire un chef-d’œuvre. Mais cet hommage est beaucoup plus qu’un simple portage, il dicte en quoi le jeu se doit d’être aujourd’hui. Profitez de cette sortie au goût du jour, c’est là un parfait exemple de ce qu’un jeu devrait être lorsqu’on l’améliore. Ne faites pas comme moi qui a attendu beaucoup trop longtemps avant d’y jouer. C’est un sacrilège, rien de moins !

NOTES
Note d'enthousiasme
9
PARTAGER
Planificateur numérique de jour, amateurs de jeux vidéo le soir, j'aime pas mal tous les genres et je peux en parler durant des heures, tant que cela se fait dans le respect. Ce n'est pas parce qu'un jeu est mauvais qu'il l'est pour tous. Sauf E.T. sur Atari. Ça, c'est mauvais.