Depuis qu’il a été officialisé aux Game Awards en décembre dernier, plusieurs amateurs de Fallout ont tourné la tête vers The Outer Worlds. Développé par Tim Cain et Leonard Boyarsky, les créateurs de la populaire franchise de Bethesda, les premières images nous donnaient indéniablement une vibe Fallout-esque. Pour ma part, j’avais aussi l’impression de voir un mélange de Borderlands et Bioshock. Après de nouvelles séquences vidéos présentées plus tôt cette semaine, voilà qu’on a aussi pu observer du gameplay. Une présentation d’une trentaine de minutes du studio Obsidian à l’E3 nous a permis de voir à quoi s’attendre.

Obsidian à son meilleur

Si les premières vidéos de The Outer Worlds nous avaient donné des allures de Borderlands, le gameplay est finalement beaucoup plus proche de Fallout. Les développeurs présents n’ont d’ailleurs pas hésité à nous rappeler que les jeux de Obsidian sont toujours très RPG. On a donc vu beaucoup de choses durant cette présentation, mais tout tournait autour de la complexité du jeu.

Premièrement, The Outer Worlds va placer les nombreux choix des joueurs au centre de l’expérience. Durant la démo, on a vu une discussion avec un des personnages non joueurs (PNJ) et les choix des dialogues étaient clairs. Comme les Fallout de ce monde, certaines options deviennent impossibles à utiliser si vous n’avez pas le bon attribut.

Comme exemple, on a pu voir que le niveau de charme allait être important, mais aussi le QI du joueur. En effet, s’il a une intelligence en dessous de la moyenne, il y a un risque que ses discussions soient peu développées. Par contre, ça s’annonce aussi une option très drôle. Ça semble très poussé et c’est comme ça qu’on aime nos RPG.

De puissants alliés

Les développeurs de The Outer Worlds ont ensuite enchaîné sur les alliés NPC qui sont avec nous. Il y a deux options de configuration et la première est celle que l’on a vu en action. C’est-à-dire que dans la séquence, nos deux alliés avaient des réflexes bien aiguisés et faisaient bien le boulot pour nous. Qui plus est, ils sont personnalisables, ils ont leurs propres histoires et leurs propres habiletés.

D’ailleurs, lors des discussions, on peut aussi utiliser leurs attributs pour débloquer plus de choix. À l’inverse, si vous n’aimez pas qu’ils vous aident, c’est possible de choisir une option où ils deviennent plus passifs. Ce sera à vous de décider pour style de jeu.

Une approche à votre goût

Par la suite, on a découvert les différentes approches de The Outer Worlds. Comme plusieurs RPG, soit on décide de foncer dans le tas ou on choisit d’y allé de manière furtive. De plus, on retrouve une multitude de chemins pour entreprendre chaque mission donc c’est fortement recommandé d’explorer. Peu importe ce que vous décidez, vous pourrez personnaliser votre personnage en conséquence.

Or, pour revenir aux choix, ce ne sont pas juste les dialogues qui nous en offrent. Il y a plusieurs autres éléments qui peuvent venir influencer votre style. Dans la démo, on a vu des sortes de chiens extra-terrestres très violents qui sont venus nous attaquer. Après le combat, on a débloqué un traumatisme que l’on pouvait choisir d’accepter ou non. Dans ce cas, notre personnage allait figer chaque fois que ces créatures allaient s’approcher à nouveau de nous. En échange de ce désavantage, on pouvait hériter d’un point perk supplémentaire. Bref, l’expérience de chacun risque d’être bien différente.

The Outer Worlds Creature
La faune est très dangereuse par ici

Un univers dépaysant

En terminant, Obsidian a fait du bon boulot pour bien représenter l’aspect spatial de The Outer Worlds. On sent vraiment bien que l’on se retrouve sur une planète étrangère puisque la flore et la faune nous donnent cette sensation. Les couleurs sont étranges et les créatures très originales. Enfin, le jeu promet de mettre le côté humoristique pour lequel le studio est connu de l’avant et la démo l’a bien démontré. Bref, si vous êtes un admirateur des jeux de tirs et de RPG du genre, vous serez très bien servis le 25 octobre.

PARTAGER
Passionné de techno et surtout de jeux vidéo, j’ai un Baccalauréat en Administration des Affaires et j’adore mélanger les jeux vidéo à la finance. Curieux, je joue à presque tous les genres et je suis toujours prêt à essayer de nouvelles expériences vidéoludiques. Il y a toujours quelques nouveautés dans ma ludothèque prêtes à être jouées. Je suis le rédacteur en chef de Geeks & Com' et le responsable de la section Jeux vidéo.