Je continue de revisiter certains jeux avec toutes les ventes sur le eShop de la Nintendo Switch, cette fois-ci, je vous parle de RemiLore — Lost Girl in the Lands of Lore, parue originalement en 2019.

Fiche Technique RemiLore – Lost Girl in the Lands of Lore

  • Date de sortie : 26 février 2019 (Nintendo Switch)
  • Style : Action, Aventure, Multijoueur
  • Classement ESRB/PEGI : E10+/7
  • Développeur : Pixellore Inc., REMIMORY
  • Éditeur : Nicalis, Inc.
  • Langue d’exploitation : Disponible en anglais
  • Disponible sur PC, PS4, Switch et Xbox One
  • Testé sur Nintendo Switch
  • Prix : 49,99 $/39,99 €
  • Site officiel Nintendo Switch
  • À noter que l’éditeur n’influence aucunement notre processus d’évaluation

Un Diablo­-like

RemiLore est un jeu d’aventure du type « hack & slack » à la Diablo. C’est ce qui m’a attiré quand j’ai acheté ce jeu. En plus, le jeu se dit aléatoire où les donjons changent tout le temps. À l’aide de deux touches sur la manette, notre personnage, Remi, peut faire plusieurs combos. Ça fait un peu changement que la version de Diablo 3 sur la Nintendo Switch où le joueur ne fait pas vraiment de combo et n’appuyer que sur la même touche. Malgré les différents combos, ceux-ci deviennent rapidement redondants.

Fantaisie et animé japonais

L’histoire de RemiLore nous plonge dans un univers fantastique où Remi, une écolière du secondaire, découvre un vieux livre « vivant » qui s’autoproclame « maître de la magie ». Celui-ci lui demande de venir sauver son monde, Ragnoah (un peu comme dans Alice aux pays des merveilles). Notre personnage est amené contre son gré et finit par décider d’aider le livre des Lore. Le style visuel nous rappelle celui que l’on retrouve dans les dessinés animés japonais. C’est visuellement très beau et très stylisé !

Un mode histoire un peu…

Le jeu se déroule en 4 actes dont chaque acte contient quatre chapitres et un boss final. En plus, je dirais que chaque chapitre peut prendre moins de 5 minutes. Vous me direz que ça semble court en nombre d’actes et de chapitre. Effectivement, mais là où le jeu s’étire, c’est que chaque fois que le joueur meurt, il recommence au début de l’acte. À la longue, ça devient lassant et surtout frustrant. Mais, c’est pour « grinder » notre personnage (le faire monter de niveau et pour avoir d’autres armes plus puissantes). Les 200 armes disponibles sont aléatoires et classées par niveau de « E à A » (selon leur force). Mais le joueur ne peut collecter qu’un type d’arme et Remi ne sait que manier ce type à la fois. Chaque fois que le joueur recommence l’acte, ce n’est pas les mêmes niveaux qu’il doit accomplir puisque ceux-ci sont régénérés de manière aléatoire. Ah oui, chaque fois que le joueur meurt et qu’il recommence, tous les dialogues sont de retour à écouter en mode rapide et il ne peut pas les passer. C’est encore très lassant, énervant et frustrant.

RemiLore… décevant…

Après avoir passé une dizaine d’heures à essayer de passer les deux premiers actes, je me suis rendu au troisième acte et par erreur, j’ai voulu essayer un autre mode de jeu et ça a fait que ma partie doit être recommencée au début de l’acte 1… un peu, voire très frustrant ! J’ai un peu abandonné l’idée de continuer parce que le jeu ne m’amusait plus vraiment, c’était rendu plus frustrant de toujours devoir recommencer au début de l’acte. En plus, le jeu ne pardonne pas vraiment et il est très dur. Même en rabais (je l’ai vu plusieurs fois à 25 % ou 50 % de rabais), je ne trouve pas que le jeu soit si amusant ni plaisant pour que ça en vaille la peine de l’acheter en rabais.

NOTES
Note d’enthousiasme
4
PARTAGER
Designer UX/UI et amateur de la pop-culture et de la culture asiatique (surtout la Corée du Sud avec sa K-Pop et ses K-Drama et le Japon), je suis l’un des fondateurs du site web la Zone TechnoCulturelle et maintenant, je suis rédacteur en chef de la section Culture Geek du site web Geeks and Com'. Je produis du contenu de tout type sur ce qui me passionne. C’est majoritairement des critiques écrites, mais de temps en temps, j’aime bien faire des vidéos unboxing et des critiques vidéo (Entrer dans la Zone) ou encore des baladodiffusions (Entre les cases de 2013 à 2015).