Je ne suis pas un amateur des jeux de tirs. Lorsqu’on m’a proposé de couvrir DOOM, qui venait de sortir sa version du “reboot” de 2016 sur la plateforme Stadia j’ai néanmoins accepté avec joie. Je ne suis peut-être pas un amateur, mais j’aime découvrir des choses. Et n’ayant jamais joué à un seul des jeux de la franchise DOOM de ma vie… je suis bien heureux d’en faire la découverte sur une plateforme aussi “spéciale” que la Stadia.

  • Date de sortie : 19 août 2020
  • Style : Jeu de tir à la 1re personne / Action
  • Classement ESRB / PEGI ESRB M / PEGI 16
  • Développeur : id Software
  • Éditeur : Bethesda Softworks
  • Langue d’exploitation : Disponible en français
  • Disponible sur Stadia, Xbox One, PlayStation 4, PC et Switch
  • Testé sur Google Stadia
  • Prix lors du test : 24,99$ / 19,99€
  • Site officiel
  • Version envoyée par l’éditeur

Woah.

Donc. Je suis agréablement surpris. “DOOM 2016” est un jeu de tir incroyable. Je m’étais construit des attentes face à ce jeu, et c’est la raison pour quoi j’ai attendu aussi longtemps avant de le couvrir. Le jeu nous fait comprendre rapidement que l’histoire n’est pas la priorité ici. Il y en a une, et ma fois bien intéressante quoique très secondaire à l’appréciation du jeu. “DOOM Guy”, le héros de l’aventure procède à la destruction immédiate du message qui tentait de nous expliquer la situation.

Pas de temps à perdre avec un message aussi secondaire, après tout.

DOOM est le jeu de tir que vous souhaitez

Le jeu est rapide et frénétique, l’incroyable musique vous accompagne dans vos exploits guerriers et plutôt que de demander à baisser le volume mon auditoire me demandait de l’augmenter. C’est un des attraits incroyables dans l’immersion et de la sensation de puissance qui vient avec le jeu.

Mais autant les combats sont vif et que les niveaux peuvent se succéder rapidement, il est aussi possible de prendre votre temps et d’explorer. Il y a pleins de petites figurines de collections, des améliorations d’armure, de nouvelles armes et les “mods” pour les améliorer, dispersés dans les nombreux niveaux. J’ai été complètement absorbé, voir obsédé à trouver tous les secrets parmi les différents environnements!

Chasser les trucs cachés, ça me parle. J’adore les combats certes, mais comme mentionnés plus haut, je ne suis pas particulièrement un adepte du jeu de tir. Les bandes-annonces étaient toutes très dirigées vers le tir, la violence et la musique métal. “Pas pour moi, je suppose”… Heureusement que j’ai essayé, j’ai presque manqué une expérience incroyable!

Courir partout pour trouver les améliorations, les figurines, les armes… ça m’a plu énormément. Les combats devenaient très agréables et servaient de pauses et de défouloir pour passer à travers la frustration d’avoir cherché pendant 15 minutes le secret qui était très bien caché. De nombreux défis additionnels dans les niveaux sont dispersés ici et là, comme les « défis des runes » qui vous poussent à relever des défis bien précis, comme tuer le plus d’ennemis en faisant sauter des tonneaux explosif.

Les différents environnements sont adroitement développés et sont un plaisir à naviguer. Je me suis rapidement habitué à me reconnaître sur la carte 3D et chacun des niveaux a sa propre personnalité. Je ne me suis jamais senti dans du recyclage afin d’étirer le contenu.

Et si explorer, vous vous en foutez? Détruisez tous et passez au prochain niveau. DOOM regorge de combats et le rythme du jeu est celui que vous lui donnez.

Port Stadia de DOOM

Je dois évidemment adresser le fait que j’ai testé la version Stadia. Après tout c’est la raison de la couverture d’un jeu de 2016! La qualité du jeu est impressionnante! Après de nombreux mois à échanger entre déception et bonheur sur la plateforme, en tant que client fondateur Stadia, DOOM est l’un des meilleurs ports actuellement.

Le pire port était Elder Scrolls Online, avec la résolution qui variait constamment, me donnant la migraine. Le jeu en soi fonctionnait parfaitement, mais la qualité visuelle était extrêmement instable. Ce n’est pas du tout le cas avec DOOM. Le jeu est fluide, beau, stable et évidemment n’a aucun “input lag”. J’ai testé avec clavier et souris sur mon ordinateur, avec manette de PlayStation 4 branchée sur mon ordinateur et avec le Chromecast et la manette Stadia. L’expérience est la même. Mais bon, si vous parlez à l’élite des jeux de tirs, ils recommanderont toujours le clavier et souris.

Le fait de pouvoir le lancer de mon ordinateur portable en pause au boulot, alors qu’il est incapable de rouler autre chose qu’un jeu “indie” normalement fait de l’expérience DOOM Stadia l’une des plus “portables”, avec la version Nintendo Switch. Je pourrais aussi le lancer de mon téléphone cellulaire, mais la taille de l’écran n’est pas optimale pour un jeu comme DOOM. Pour l’avoir essayé, ouais non. Tablette ou plus grand pour apprécier.

Multijoueur

Je n’ai que brièvement ouvert le multijoueur, pour le voir et en parler. Je ne suis pas particulièrement compétitif, ce qui m’a fait rapidement passer à autre chose! Mais avec douze modes de jeux, vous devriez avoir au moins un qui vous plait le moindrement a faire avec vos amis!

Malheureusement, pas de “crossplay”. Bien dommage. Je crois et répète que le cela sera un standard d’industrie dans les années à venir, mais ce n’est pas encore le cas. Dans un port d’un jeu de 2016, c’était prévisible.

Verdict

DOOM est un jeu de tir qui en vaut la peine. Pour 25$ vous ne pouvez pas trop vous tromper. Que vous soyez là pour les combats hauts en couleur (parce que de la couleur, y’en a. Surtout du rouge), pour la musique ou pour l’exploration et découverte… Je ne peux que vous en faire la forte recommandation. En plus, sur Stadia, vous pouvez vous faire rembourser si vous jouez moins de 2 heures. Essayez-le, et si vous êtes comme moi, en moins de 30 minutes vous serez convaincu qu’il en vaut le prix.

NOTES
Vote de l'enthousiaste
9
PARTAGER
Un streameur de jeux de variété, des indies au AAA. Adeptes de jeux de rôles comme D&D, je roule la campagne Donjons et Larrons sur Twitch. Passionné des nouvelles technologies, je suis impressionné et investi dans la nouvelle plateforme de Google Stadia