Tout a commencé avec le meurtre d’une jeune fille sur un quai.  Je fais ce rêve toutes les nuits où je vois un homme tiré sur une enfant.  Pour ajouter à mon malheur, mon père adoptif Jack vient de décéder.  Il était le seul à me comprendre et à ne pas me juger.  La journée où je devais le préparer à passer de l’autre côté (je travaille dans un salon funéraire), j’ai reçu un appel étrange d’un homme qui se nomme Thomas.  Il dit me connaître et qu’il détient les réponses à toutes mes questions.  Il affirme connaître mes pouvoirs et que je dois le rencontrer à l’hôtel Niwa.  Jack était le seul à connaître mon don.  Je m’appelle Marianne et je suis une medium.

  • Date de sortie : 28 janvier 2021
  • Style : Aventure, Horreur psychologique
  • Classement ESRB / PEGI : ESRB M / PEGI 18
  • Développeur : Bloober Team
  • Éditeur : Bloober Team
  • Langue d’exploitation : Voix en anglais, sous-titré en français
  • Disponible sur Xbox Series et PC
  • Inclus dans le GamePass
  • Testé sur Xbox Series X
  • Prix lors du test : 63,99$ CAD / 49,99 €
  • Site officiel
  • Version numérique envoyée par l’éditeur

Histoire

« The Medium » débute ainsi alors que l’on apprend tranquillement à connaître Marianne à travers une journée très difficile.  Le jeu se déroulera presque entièrement à l’hôtel Niwa (un hôtel en Pologne ayant subit une énorme tragédie).  Lorsque nous arrivons dans ce lieu, Thomas est introuvable.  Il faudra utiliser notre don de voyance pour traverser dans le monde psychique pour découvrir la vérité sur cet endroit et sur nous.  Petit fait intéressant : L’appartement de Marianne est le même que dans le jeu « Observer », mais dans les années 1900.

Les pouvoirs de Marianne

Marianne possède plusieurs pouvoirs et vous devrez bien les exploiter pour pouvoir progresser.  Elle peut utiliser sa vision pour détecter des items importants ou voir des esprits.  Lorsqu’elle traverse dans l’autre monde, elle peut parler à des âmes perdues et les libérer pour qu’ils puissent enfin quitter le monde en paix.  Je reviendrai sur ceci un peu plus loin.  Elle possède également la possibilité d’absorber de l’énergie pour se protéger ou pour alimenter certains équipements dans le monde réel.

Le concept le plus important et qui est l’idée principale et la plus originale de « The Medium » est la dualité.  À plusieurs moments dans le jeu, l’esprit de Marianne sera fractionné en deux et vous devrez explorer deux mondes à la fois.  L’écran sera alors séparé en deux et tout ce que vous ferez dans un monde se fera également dans l’autre.  Plusieurs énigmes seront basées là-dessus et il vous faudra être vraiment attentif pour ne pas rater un détail.  Il m’est arrivé plus d’une fois de manquer un item, car je me concentrais seulement sur un des deux mondes.

La dualité : Un don et une malédiction

Lorsque Marianne est fractionnée, elle est affectée par les deux mondes.  Si une porte est fermée dans le monde réel, il n’est pas possible de passer dans le monde des esprits.  Il en va de même pour l’inverse.  Si un chemin est bloqué par un rideau de chair dans le monde psychique, il ne sera pas possible de continuer dans le monde réel.

Pour contrer ces problèmes, Marianne peut cependant sortir de son corps pendant un certain temps.  Si elle reste trop longtemps hors de son corps, son esprit disparaîtra alors c’est nécessaire d’utiliser ce don rapidement et efficacement.  À certains moments également, il sera possible de passer à travers des miroirs pour se retrouver seulement dans le monde des esprits sans aucune restriction.

Le concept de dualité est vraiment très intéressant et il s’agit de la raison pour laquelle le jeu est sorti seulement sur les Xbox Series, la Xbox One n’étant pas assez puissante.  Effectivement, la console gère deux jeux à la fois pour afficher la dualité.  Par contre, j’ai trouvé que le concept aurait pu être encore mieux exploité, car les puzzles reviennent souvent au même.  Je dois quand même donner du crédit pour l’énigme de la maison de poupées et l’énigme de la station de pompage. 

Il s’agit d’ailleurs du premier jeu de Blooper étant à la 3e personne (au lieu de la 1re) avec des caméras fixes.  J’avais l’impression de me retrouver dans les premiers Resident Evil autant au niveau des énigmes que de l’ambiance.

Un monde horrifique

Dès que l’on bascule pour la première fois dans le monde des esprits, on découvre une version horrifique de l’univers.  Les murs sont faits d’os, il y a des portes de chair que l’on doit franchir en découpant le tout avec un scalpel et les démons intérieurs des humains sont représentés par des monstres.

Les esprits que nous rencontrons n’ont d’ailleurs aucun visage et portent tous un masque sans expression.  Nous rencontrons assez tôt l’esprit d’une petite fille s’appelant simplement Tristesse.  Son corps est décrépi et un de ses bras est manquant.  C’est une vision assez dérangeante je dois avouer.

Les âmes perdues quant à eux sont représentées par des corps squelettiques coincés dans les murs comme s’ils en faisaient partie.

Il s’agit d’une partie du jeu que j’ai réellement apprécié et que j’aurais aimé avoir plus d’occasions similaires avec ces âmes perdues.  Pour les libérer, il faut retrouver leur visage (un masque), trouver pourquoi ils sont coincés dans l’outre monde et connaître leur vrai nom par lequel ils s’identifiaient dans le monde réel.  Ces moments sont très intéressants, mais malheureusement très rares.

Une pluie d’items à ramasser

Comme dans tous les jeux Blooper, il y a énormément d’items à récupérer et à ramasser.  Ceux-ci sont par contre extrêmement intéressants dans « The Medium ».  Il est possible de connaître les personnages et l’histoire à travers des lettres écrites par plusieurs personnes ainsi que par des échos et des fragments de mémoire.  Ces échos sont des discussions imprégnées dans des objets.  Vous entendrez des murmures lorsque vous êtes proche d’un écho.  Pour les fragments de mémoire, il faudra les rassembler pour voir un moment figé dans le temps.

D’ailleurs, tous ces items sont facultatifs, mais nécessaires.  Ce que je veux dire par cette contradiction, c’est que si vous complétez le jeu sans rien récolter, vous ne comprendrez rien à la fin (déjà que celle-ci est énigmatique).

Des sections d’action et de furtivité non nécessaires

« The Medium » met l’emphase sur l’atmosphère et l’aspect narratif du jeu.  Vous n’aurez pas de « jump scare », mais une ambiance angoissante.  Le jeu est d’ailleurs très linéaire et lent, mais puisque le jeu se concentre sur l’histoire, le tout est bien exploité.

À partir d’un certain moment dans le jeu, vous ferez la rencontre d’un démon nommé « Abîme ».  Le jeu introduira des scènes d’action où vous devez fuir le démon et des scènes de furtivités où vous devez vous faufiler.  Malheureusement, ces séquences ne sont pas le point le plus réussi du jeu.  Les séquences d’action consistent à courir en empruntant le bon chemin et évitant les obstacles tandis que celles de furtivité consistent tout simplement à contourner le démon.

Côté technique en deux temps

Pour un jeu nouvelle génération, j’ai été un peu déçu du rendement du jeu à l’occasion (en particulier après avoir joué à « Observer : System Redux » du même développeur).  « The Medium » est « seulement » 30 images secondes et j’ai expérimenté quelques baisses de régime également.

Certains environnements sont magnifiques tandis que d’autres comportent des textures grossières.  Globalement, le jeu est très beau, mais ne donne pas nécessairement l’impression d’être nouvelle génération.

Le niveau ambiance sonore est très réussi.  Le doublage est convaincant et les différents bruits et musiques sont oppressants.

Verdict

Lorsque j’ai débuté « The Medium », j’ai légèrement été déçu du côté technique.  Par contre, au fur et à mesure que l’histoire progressait, ceci passait au niveau secondaire.  Les décors devenaient de plus en plus convaincants, les énigmes étaient intéressantes et l’histoire ne me permettait pas d’arrêter de jouer tant je voulais savoir la suite.  Si vous recherchez le plus beau jeu pour démontrer la puissance nouvelle génération, ce n’est pas le meilleur jeu.  Par contre, si vous voulez un concept très original (la dualité) et une histoire bien ficelée, ce jeu est pour vous !

NOTES
Note d'enthousiame
7.5
PARTAGER
Ancien collaborateur sur plusieurs sites de jeux vidéos et grand ami de Maxime Chartier, c'est celui-ci qui a redonné le goût d'écrire à Jonathan. Grand passionné de succès et de trophées, sa grande passion consiste à explorer les jeux à 100%.