Disco Elysium : The Final Cut – Une étrange aventure!

2019 était l’année de trois titres principalement: Sekiro : Shadows Die Twice, Smash Bros ainsi que Resident Evil 2 Remake. Peu importe la direction que vous regardiez, on a fait l’apothéose de ces jeux en long et en large. Pourtant, un titre est passé un peu inaperçu et aurait bien pu être nommé parmi ceux-ci. J’ai nommé Disco Elysium. Pour ceux qui ont tenté l’expérience, les commentaires plaçaient le jeu en haute estime. Malheureusement, pauvre âme que je suis, je n’étais pas en mesure d’en faire l’éloge puisque je ne possède pas de PC. Et puis coup de théâtre (malgré que c’était prévu), le jeu voit le jour sur console de salon pour mon plus grand bonheur et celui de bien d’autre. Mais ce n’est pas l’unique bonne nouvelle! Le jeu se voit offrir une belle mise-à-jour lors de la sortie, ce qui nous amène le titre Final Cut lors du jour J. Gratuit pour les joueurs PC, uniquement la version finale pour les autres. Voilà qui est un élément positif d’emblé, reste à voir ce qui en est du jeu. Et c’est donc avec un énorme plaisir que je vous fait la critique de Disco Elysium : The Final Cut!

Fiche technique de Disco Elysium : The Final Cut

  • Date de sortie : 30 mars 2021
  • Style : Jeu de rôle
  • Classement : ESRB M / PEGI 18
  • Développeur : ZA/UM
  • Éditeur : ZA/UM
  • Langue d’exploitation : disponible en français, anglais et plusieurs autres langues
  • Disponible sur PC, PS4 et Stadia
  • Testé sur Stadia
  • Prix lors du test : 53,49$ CAD / 39,99 €
  • Site officiel
  • Version numérique envoyée par l’éditeur

Bienvenue à Revachol

Mais qu’est-ce qui a bien pu se passer? Quel réveil de merde. À poil, la cravate pendue au ventilateur, la tête qui tourne. J’ai pas demandé à venir au monde. Et par dessus tout…qui suis-je?

C’est dans cet état semi-inconscient que notre personnage prend le contrôle de nos gestes mais également de notre réflexion. Quelle mauvaise façon de commencer une aventure qui sera plus grande que soi, n’est-ce pas? Parce qu’en effet, notre protagoniste est loin d’être un doux agneau. En fait, non seulement vous apprendrez à le connaitre durant votre périple, c’est comme si lui-même apprenait du même coup qui il est. Sans nom, vous le façonnerez comme bon vous semble et selon vos convictions, choix et décisions durant cette aventure qui vous prendra pas loin d’une trentaine d’heures. Et quand je dis que vous allez le construire, c’est vous mais également 24 autres « personnages » qui le fera. L’explication viendra sous peu.

Donc, dur réveil pour notre « héros ». Après avoir repris ses esprits, sa conscience prend le dessus avec l’instinct de survie. Premièrement, il faudrait bien reprendre ses vêtements. Par la suite, dans quel établissement se trouve-t-on? Et finalement, pourquoi on s’adresse à moi comme si j’était un inspecteur de police qui est ici pour résoudre un mystère? Ceci n’est rien de moins que les bases d’une histoire fascinante. Bienvenue à Revachol!

Disco Elysium réveil

Un cas de conscience

Donc vous voilà au prise pour jouer les détectives. Jouer est un bien grand mot puisque vous en êtes peut-être un réellement, qui sait? Bref, une tragédie dans la ville mystérieuse vous amène à investiguer les derniers jours afin de comprendre ce qui se passe. Pour vous aidez, un collègue viendra vous prêtez main forte durant votre investigation. À prime abord professionnel dans son approche, il semble vous prendre en pitié et développe le goût de vous aider avec vos démons intérieurs. Parce que ça, vous en avez plusieurs…

Voyez-vous, Disco Elysium est un jeu de rôle à développement personnel. Tout se passe dans votre tête et c’est votre choix de développer les caractéristiques qui vous plait le plus, selon votre style de jeu. Vous êtes quelqu’un de cérébrale? Une personne plutôt physique? Vous avez de l’empathie pour votre prochain? Bref, pas moins de 24 voix prennent place dans votre esprit et débattent entre eux pour faire pencher la balance. Et s’il y a un point qui différencie Disco Elysium de la multitude de jeu disponible sur le marché, c’est celui-ci. Le combat personnel que vous livrez est captivant et on a toujours hâte de voir qui sera le prochain à intervenir dans notre conflit intérieur.

Bref, pas besoin de vous dire que Disco Elysium est un petit bijou d’écriture. On embarque instantanément dans le périple de notre protagoniste et de ses voix. Mais c’est beaucoup plus que ça. Vraiment plus que ça.

Disco Elysium choix

Au secours de son prochain

Donc, comme cela a été mentionné plus tôt, vous êtes sur place pour enquêter sur un malheureux événement. Mais plus vous vous enfoncez dans votre investigation, plus vous allez découvrir des personnages haut en couleur. Avec chacun leur propre motivation, vous pourrez alors venir en aide à ceux-ci ou au contraire, leur nuire plus qu’autre chose. Et c’est ce qui est génial avec Disco Elysium. Selon vos convictions profondes, vous pouvez faire un choix qui vous correspond et avancer en fonction de cela.

Puis finalement, ajoutons une touche de fond politique à l’histoire parce que tout le monde le sait, la politique ne mets jamais personne d’accord. Revachol regorge de tension sociale, politique et diplomatique qu’il vous faudra dénouer si jamais vous désirez venir au bout de l’histoire. Plus on creuse, plus on se rend compte à quel point l’humain peut être autodestructeur et néfaste pour son prochain. À vous d’en faire ressortir le bon…ou pas.

Disco Elysium Revachol

Un art particulier

Difficile de parler de Disco Elysium sans parler de son esthétique. Il faut l’admettre, cela ne plaira pas à tous et c’est très bien ainsi. Il est cependant difficile de ne pas apprécier tout le travail qui a été fait par le studio estonien. C’est comme si quelqu’un avait réussi à comprendre que l’humain n’est pas que beauté, il peut aussi être parfaitement imparfait. À commencer par notre héros, qui est tout sauf une personne séduisante selon les standards actuels. Pourtant, on ne peut s’empêcher de remarquer que la confiance qu’il dégage dans ses paroles lui donne un petit quelque chose. et c’est le cas pour chacune des rencontres. Un nez trop gros, de petits yeux, une attitude désagréable. Ils ont tous un je-ne-sais-quoi qui nous interpelle et attire notre curiosité.

C’est de même pour la ville. Des endroits ravagés par la guerre et les conflits qu’elle a subit. Mais malgré cela, on y trouve de quoi de beau, de profond. Mais il y a aussi de bord de mer dans lequel nos yeux peuvent y plonger durant des heures. Évidemment cela n’est pas possible mais c’est pour vous dire à quel point l’environnement est très varié et immersif. On s’y plait et il devient plus que difficile de quitter la place.

Disco Elysium paysage

Et sur console, ça le fait?

Disco Elysium en est à sa deuxième sortie si on le veut. Apparu en premier sur PC, le jeu a cette fois été testé sur Stadia. Et s’il y a quelque chose qui nuit malheureusement au jeu, c’est d’y jouer sur une manette.

Comme je l’ai dit plus tôt, je suis très content que Disco Elysium soit maintenant disponible sur console, ce qui m’a permis enfin de pouvoir y plonger. Malheureusement, y jouer avec sa manette est loin d’être l’expérience optimale. Le tout est un peu complexe et je dirait même ardu. En fait, un jeu comme celui-ci dans lequel on clique pour déplacer notre personnage, c’est un peu contre nature de ne pas le faire avec un simple bouton comme sur une souris. C’est pourquoi, si vous avez la chance de le faire, que je vous conseille de vous mettre sur une page web et d’y jouer clavier/souris. C’est un élément que Stadia vous permet de faire (sans doute sur console également, je n’ai pas eu la chance d’essayer) et c’est franchement meilleur. Malgré cela, on s’y fait sinon.

Verdict de Disco Elysium : The Final Cut

Disco Elysium est un chef d’oeuvre, rien de moins. Sa complexité et son histoire en font un des grands jeux des dernières années et se doit d’être jouer par le plus grand nombre de joueurs possible. Absolument tout du jeu est « parfait », à sa manière. Et de savoir qu’en plus, le jeu est prévu pour Xbox et Switch, les gens auront bientôt plus aucune raison de ne pas avoir fait un tour à Revachol.

Disco Elysium : The Final Cut – Une étrange aventure!
"Disco Elysium : The Final Cut ajoute encore plus d'éléments à son arsenal en plus d'être disponible sur PlayStation et Stadia. Il s'agit d'un chef-d'oeuvre comme on en fait rarement et se doit d'être jouer par tous les amateurs de jeu de rôle. Divertissant, prenant et captivant, voilà qui résume très bien mon périple à Revachol. J'y retournerai, c'est certain. "
10
Geeks And Com' est LIVE! Cliquez ici pour venir nous voir!
CURRENTLY OFFLINE