Test de NBA 2K23 : un lancer franc réussi

Une nouvelle fois cette année, l’équipe de Visual Concepts propose plusieurs versions de son jeu de basketball. En effet, l’expérience n’est pas la même sur PS5 et Xbox Series X que sur les autres plateformes, mais sur ces dernières NBA 2K23 tente de remonter sur la plus haute marche du podium. Est-ce que les problèmes du dernier opus ont été corrigés ? Est-ce que le titre a trouvé le juste équilibre entre une simulation sportive et un RPG ? La réponse dans ce test complet !

FICHE TECHNIQUE

  • Date de sortie : 8 septembre 2022
  • Style : Simulation, Sport
  • Classement ESRB / PEGI E / PEGI 3
  • Développeur : Visual Concepts
  • Éditeur : 2K Games
  • Langue d’exploitation : sous-titres en français
  • Disponible sur PC, PS4, Xbox One, Switch, PS5 et Xbox Series X/S
  • Testé sur Xbox Series X/S
  • Prix lors du test : 79,99 $ CA / 69,99 €
  • Site officiel
  • Version envoyée par l’éditeur

Des corrections au mode carrière

L’un des gros points positifs de la franchise développée par Visual Concepts a toujours été son mode carrière. NBA 2K23 continue dans cette lignée avec le retour du monde semi-ouvert et un tout nouveau scénario. Ce dernier est très classique, mais j’ai senti que les développeurs avaient envie d’offrir quelque chose d’un peu différent. Notre personnage, toujours personnalisable de la tête au pied, a déjà terminé son parcours universitaire et nous nous faisons repêché par l’équipe de notre choix. J’ai d’ailleurs trouvé cela dommage de ne pas pouvoir être repêché par une équipe aléatoire, mais ce n’est pas la première fois que la série permet de choisir son organisation. Toujours appelé MJ, le protagoniste est cependant pas très apprécié par les partisans qui auraient préféré son plus grand rival à la place.

NBA 2K23

Sur papier, l’histoire est crédible, mais dans les dialogues c’est tout autre chose. La principale raison pour laquelle les partisans de notre nouvelle préfèrent notre rival est qu’il est plus fort physiquement. Pourtant, on peut avoir le poids et la grandeur que l’on souhaite avant même d’entamer notre carrière. L’argument du scénario devient alors un peu farfelu quand on se retrouve plus grand et plus gros que notre rival. Sinon, l’autre défaut que j’ai constaté rapidement est que les cinématiques sont omniprésentes même après des dizaines et des dizaines d’heures de jeu. On pourrait se dire que c’est amusant d’avoir un jeu avec une histoire, mais à la longue on n’a plus tellement envie d’écouter les personnages que l’on rencontre.

NBA 2K23

Une ville un peu plus petite

Je me rappelle lors de l’introduction de la fameuse ville dans la série qu’elle était beaucoup trop grosse. Les développeurs de NBA 2K23 semblent avoir retenu les commentaires de la presse et des joueurs. Cette nouvelle ville fictive est plus petite et c’est beaucoup plus agréable de s’y promener. C’est toujours via ce hub gigantesque que vous pouvez accéder à plusieurs modes de jeux en ligne ou tout simplement à vos missions dans le mode carrière. Ces derniers sont, d’ailleurs, plus proches les uns des autres et réduisent considérablement le temps de déplacement. La possibilité d’utiliser une planche à roulettes pour se déplacer est de retour tout comme la possibilité d’y faire des manœuvres. Néanmoins, il n’y a pas eu de changement en termes de jouabilité à ce niveau.

NBA 2K23

Une jouabilité toujours aussi précise

C’est une nouvelle fois un bonheur de jouer à NBA 2K23 sur le terrain. Les développeurs continuent leur bon travail en améliorant petit à petit la jouabilité. Si on avait l’impression que la défense était un peu trop forte l’année dernière, je n’ai pas ressenti la même chose cette fois-ci. La jauge d’endurance a aussi été complètement revue et il n’est plus possible d’enchaîner constamment les points spectaculaires. Le tout ajoute beaucoup plus de réalisme. Un système de momentum a aussi été ajouté pour offrir un certain avantage à l’équipe qui se démarque le plus sur le terrain. Pour ma part, je n’ai pas l’impression que cette fonctionnalité avec un réel impact sur ma façon de jouer. Pour les amateurs de tir à 3 points, sachez qu’il faudra être plus précis cette année. En effet, le timing est plus difficile à comprendre au départ même si on s’habitue assez rapidement.

NBA 2K23

Un hommage à Michael Jordan

Alors qu’il figure sur la couverture de l’édition spéciale, Michael Jordan a fait son retour en grand dans NBA 2K23. Le célèbre joueur a même droit à un mode de jeu entièrement dédié à sa carrière. S’intitulant Jordan Challenge (présent sur NBA 2K11), il est possible de revivre les plus grandes gloires de Jordan. Il est donc possible de compléter les 15 matchs les plus importants de la carrière de cette icône de basketball. J’aurai aimé en avoir un peu plus, mais dans l’ensemble j’étais bien heureux de revivre certains de ces moments. Sans oublier que les développeurs du studio Visual Concepts ont aussi adapté l’habillage visuel et sonore pour correspondre à l’époque de chacune des rencontres.

De la nostalgie dans My NBA

Dans les jeux de sports, j’ai toujours prendre le contrôle de mon équipe favorite et de l’amener au sommet. J’ai cependant été très surpris dans NBA 2K23. Les développeurs ont mis le paquet pour nous satisfaire alors qu’il est possible de débuter sa carrière de dirigeant dans l’une des 4 époques que propose le jeu. On retrouve les années 80 avec Magic Johnson, les années 90 de Jordan, les années 2000 avec Kobe Bryant, ou l’ère moderne avec notamment Lebron James. Chacune de ses périodes propose ses propres règlements, ses effets sonores et son habillage visuel. Il est même possible de poursuivre sa carrière de dirigeant pour recruter via le repêchage nos joueurs préférés et changer le cours de l’histoire. Clairement, 2K Games a mis la barre haute avec ce mode franchise et ajoute de nombreuses heures de jeu.

Quelques modifications dans le mode My Team

Le mode Ultimate Team de NBA 2K23 ne propose pas de changements majeurs, mais on peut noter la possibilité désormais de jouer avec des amis. Il ne s’agit d’une simple coopération, car vous devez incarner l’un des joueurs dont vous avez la carte pour affronter d’autres joueurs à travers le monde. Sachez aussi que pour vos matchs habituels, vous pouvez verrouiller le poste que vous souhaitez jouer et n’incarner qu’un seul membre de votre équipe. Il s’agit de petits changements, mais qui devrait faire plaisir aux amateurs des parties en ligne et du mode My Team.

Le retour des microtransactions

Ce n’est pas un secret, et j’ai l’impression de me répéter chaque année, NBA 2K23 comporte des microtransactions. Ce n’est que via la monnaie virtuelle du jeu qu’il est possible d’améliorer son personnage. Si on remporte quelques pièces lors des matchs, il faudrait être très patients pour augmenter au maximum la note moyenne de notre joueur. J’ai toujours eu du mal avec ce système chez 2K Games, car cela affecte tous les modes de jeux. Tant et aussi longtemps que le studio continue dans cette lignée, il sera difficile pour la licence de monter sur la plus haute marche du podium. C’est particulièrement dommage surtout que le reste du jeu est de très grande qualité.

Conclusion

NBA 2K23 rattrape les problèmes que l’on a connu l’année dernière pour les consoles de nouvelle génération. Les bogues visuels ont été réglés, notamment pour les effets lumineux, et le temps de chargement a été optimisé. À noter que nous n’avons pas eu l’occasion d’essayer la version des autres plateformes et il est important de souligner qu’il semble y avoir plusieurs problèmes sur ces dernières. Le mode franchise est complet, la jouabilité toujours aussi amusante alors que le mode carrière est toujours aussi imposante. Clairement les développeurs du studio Visual Concepts ne semblent pas compter que sur leurs acquis et ça fait énormément de bien pour une licence annuelle.

Test de NBA 2K23 : un lancer franc réussi
Une carrière toujours plus immersive
Une ville plus petite et agréable à circuler
Une jouabilité encore plus amusante
Le retour des défis de Jordan
Un mode franchise XXL
Une apparence visuelle enfin optimisée
La présence des microtransactions
Des cinématiques un peu trop longues
La WNBA présente, mais pas suffisamment
8
Print Friendly, PDF & Email