Si vous suivez l’actualité techno, vous n’êtes pas sans savoir que les consoles de nouvelle génération arrivent dans nos foyers ce mois-ci. Cette fin de semaine, j’ai testé pour vous la Playstation 4 de Sony, sortie le 15 novembre en Amérique du Nord et disponible dès le 29 novembre en Europe.

Déballage

Sony a visiblement adopté un style d’emballage bien différent de celui de sa précédente console de salon. À l’avant; la console sur fond bleu, à l’arrière; une toute autre illustration. On peut y voir certains protagonistes d’Assassin’s Creed IV: Black Flag, de Killzone Shadow Fall, de Watch Dogs, de Knack et finalement d’InFamous : Second Son. Le constructeur en profite également pour nous rappeler les avantages du service en ligne Playstation Plus, dont je traiterai plus loin dans l’article. Bref, on est parti pour plusieurs années de rêve.

Sony PlayStation 4 - Test Geeks and Com

Une fois la boîte ouverte, on repère immédiatement la console et avec elle, le nécessaire pour profiter pleinement de celle-ci. On y trouve donc:

  • La console Playstation 4
  • Une manette Dualshock 4
  • Une oreillette filaire
  • Un câble HDMI
  • Un câble USB Mini destiné à recharger la manette
  • Un câble d’alimentation
  • Un dépliant nous offrant 30 jours de Playstation Plus, 30 jours de Music Unlimited et 10$ à dépenser sur le Playstation Store
  • Le manuel de l’utilisateur

Il y a quelques semaines, Sony avait proposé une vidéo du déballage de la PlayStation 4 :

La PlayStation 4

En prenant la console en main, j’ai tout de suite su que mes autres machines allaient faire pâle figure à côté de celle-ci. Ses 2.8 kg et ses 30.5 cm de longueur la rendent ridiculement petite et légère face à la Playstation 3 de première génération à un point tel que je doute de l’existence d’une future version Slim de celle-ci. La console prend la forme d’un élégant parallélogramme scindé en quatre et le côté supérieur gauche, lustré et muni du logo de Sony, nous rappelle quelque peu l’ancienne console.

Une fois branchée, un faisceau bleu (qui passera au blanc ou au orange dépendant les modes de la console) apparaît entre la partie droite et gauche, renforçant le coté luxueux de celle-ci. Presque aucun bruit ne se fait entendre lorsqu’elle fonctionne, mis à part lors de la première installation d’un jeu physique.

La Playstation 4 est ce qui se fait de mieux en terme de puissance brute face à la Wii U et à la Xbox One, du moins, sur le papier. Son GPU offre 1 152 coeurs cadencés à 800 MHz délivrant une puissance de 1.84 TFLOPS. Couplé à 8 Go GDDR5 cadencés à 5 500 MHz et de 170.6 GB/s de bande-passante ainsi qu’au CPU Jaguar d’AMD composé de 8 coeurs tournant à 1.6 GHz, on est en droit de s’attendre à un résultat spectaculaire.

Elle dispose d’une sortie HDMI, de deux ports USB 3.0, d’un port auxiliaire (afin d’y connecter la caméra), d’une sortie numérique (optique), d’un port Ethernet, de la technologie Bluetooth 2.1 et d’un disque dur interne de 500 Go tournant à 5400 RPM (que l’ont peut remplacer par n’importe quel disque dur interne de 2.5 pouces et muni d’une capacité entre 160 Go et 1.5 To). Elle supporte aussi un clavier externe et la 3D, de petits détails toujours appréciés.

Système d’exploitation

Sur ce point, j’étais mitigé au départ. L’interface est belle et efficace mais elle peut aussi agir bizarrement sans raison apparente. La plus grosse déception jusqu’à présent a été la difficulté à me connecter au Playstation Network pendant près d’une heure lors de la première journée. Il est probable que la majorité des problèmes rencontrés soient en lien avec l’engorgement des serveurs ou simplement l’expérience Day One, du moins, je l’espère. Le premier jour, certaines applications, Music Unlimited ou la Playstation App par exemple, étaient presque inutilisables, au point où j’avais l’impression d’avoir été victime de fausses promesses. Par contre, dès samedi matin tout fonctionnait à merveille et mes craintes se sont évaporées, ce qui tend à confirmer que tout n’était qu’un soucis de serveur (le Playstation Network étant hors-service le premier jour).

Samedi matin, je me suis amusé à essayer une multitude de commandes vocales, que l’on peut exécuter soit via la caméra Playstation Eye, soit via l’oreillette (et donc à priori, d’autres écouteurs). La reconnaissance vocale s’active simplement lorsqu’on hausse la voix pour dire « Playstation ». La console nous propose alors quatre commandes de bases : alimentation, prendre une capture d’écran, se connecter et démarrer. Dire une commande telle que Killzone, musique, navigation ou Battlefield suffit amplement à être redirigé sur une de ces applications. Aucun problème d’accent subi, je n’ai qu’à me répéter une seule fois, tout se fait donc de façon fluide et naturelle.

Concernant le streaming et la capture vidéo, je suis un peu déçu que YouTube ne soit pas encore disponible mais la PS4 fait bien son travail et Sony tient ses promesses. Twitch et UStream fonctionnent à merveille et si l’on dispose du Playstation 4 Eye, il est possible d’afficher notre visage, en bas à droite de l’écran, et de commenter en direct notre présentation. Les boîtiers d’acquisition, pas toujours aisés à configurer, plutôt chers et n’offrant qu’une qualité « acceptable » font de cette fonctionnalité un incontournable en plus de faire preuve d’une simplicité remarquable. Le Streaming est désormais accessible au premier venu !

Parlons maintenant du mode veille de la console. Très économe et discret, il se révèle indispensable. Exit les manettes déchargées, c’est dorénavant du passé. Lorsqu’on l’utilise, la Playstation 4 a l’air éteinte, mais elle peut continuer à alimenter les Dualshock de façon à ce que le lendemain matin, aucun imprévu ne vienne gâcher une journée de plaisir entre amis.

Si ce mode ne consistait qu’à cela, ce serait déjà génial, mais il permet aussi de continuer les téléchargements de jeux et d’applications. Durant la nuit, j’ai pu compléter les téléchargements des versions digitales de Battlefield 4 (33.9 Go), d’Assassin’s Creed IV: Black Flag (21.2 Go) et de Call of Duty: Ghosts (31.3 Go). Cette fonction peut donc s’avérer très utile, surtout en étant abonné au Playstation Plus, ce service désormais obligatoire pour profiter du jeu en ligne qui en plus d’offrir d’excellents jeux gratuits, les modes multijoueurs et des sauvegardes via le Cloud, il permet aussi de recevoir automatiquement les mises à jours des jeux installés. Fini l’attente interminable, lorsque vous démarrez la console, vous serez prêts à jouer.

L’interface utilisateur

Comment faire une interface légère, magnifique et d’une simplicité ahurissante ? Pour Sony, c’est simple : il suffit de mélanger l’interface XMB de la PS3 avec le Dashboard de la 360, de rajouter un style plus axé Flat Design et de perfectionner le tout. Il s’agit selon moi de LA recette gagnante quand on sait que le menu devra rivaliser avec un menu dynamique du style de Windows 8. Chaque fois qu’un jeu est installé sur la console, une tuile apparaît, de sorte qu’on n’oublie jamais que le jeu est présent dans notre ludothèque et qu’il serait bien d’insérer celui-ci dans la console de temps en temps.

Sony PlayStation 4 UI - Accueil - Novembre 2013

Le menu nouveauté nous prévient des nouvelles sorties sur le Playstation Store, des dernières activités de nos amis avec des mentions telles que « Youssow a joué à Need for Speed Rivals » ou encore « Youssow a complété le chapitre Le Père sur Killzone Shadowfall ». Le menu présente également certaines captures d’écrans partagées par notre liste d’amis, comme Steam le propose par exemple.

Sony PlayStation 4 UI - Activites des amis - Novembre 2013

Les menus Trophées et Amis présentent globalement les mêmes fonctions qu’auparavant, mais avec un nouveau type de profil (les anciens profils ayant l’air de petites cartes de visites brèves ne listant que les accomplissements du joueur) et une icône définissant la rareté de chacun des trophées débloqués ainsi que le pourcentage de joueurs ayant débloqués ceux-ci. Les services proposés restent les mêmes, mais tout est plus rapide, plus propre et plus dynamique en temps réel.

Sony PlayStation 4 UI - Profil- Novembre 2013

Certains verront cependant l’absence de thème personnalisé comme point faible, mais la quantité de contenu affichée sur l’interface empêcherait tout bonnement d’un profiter un maximum et puis franchement, le bleu n’est pas si désagréable.

Voici une vidéo officielle qui passe en détail toute l’interface utilisateur :

L’expérience multimédia de la PlayStation 4 de Sony

Sony n’a jamais vraiment insisté sur ce point, mais le fameux trio des meilleures applications PS3 est de retour : Music Unlimited, Video Unlimited et enfin Netflix.

Les acheteurs nord-américains obtiennent gratuitement un mois au service Music Unlimited pour patienter en attendant la prochaine mise à jour qui devrait marquer le retour du DLNA, du CD audio et de la lecture des fichiers MP3 sur supports externes. Mieux vaut en profiter car le service musical est excellent et offre plus de 22 millions de titres disponibles. J’ai pris quelques minutes pour choisir quelques chansons à ajouter à ma musithèque (82 titres me venaient en tête, seulement 4 étaient introuvables), puis, j’ai téléchargé l’application sur iOS et Android afin d’en profiter sur plusieurs plateformes. Music Unlimited propose aussi sur PS4, Android et iOS de télécharger nos playlists afin d’y avoir accès en tout temps. C’est une alternative solide à Deezer et Spotifiy et contrairement à ce dernier, les Canadiens aussi peuvent en profiter.

Video Unlimited, quant à lui, est à ce stade un échec. Beaucoup de vidéos sont illisibles par le système (y compris leur aperçu) et parmi les 200 000 films offerts, très peu sont intéressants. Adhérer au service ne vous fera qu’un abonnement supplémentaire à gérer pour une application qui n’est même plus à jour sur Android et uniquement fonctionnelle sur les consoles de Sony. À éviter à tout prix, surtout face au géant Netflix.

Les principaux reproches faits à la Playstation 4 concernent son côté multimédia :

  • Pas de DLNA au lancement (Yoshida a confirmé son arrivée prochaine via Twitter)
  • Aucune prise en charge des CD audio (Sony y réfléchit toujours)
  • Les fichiers mp3 et mp4 en provenance d’une clé USB illisibles (jusqu’à la prochaine mise à jour)

Mis à part ces défauts, Sony a tout de même pensé à un ajout discret qui touchera forcément les Otakus, ces fans de la culture japonaise, en leur offrant encore une fois crunchyroll, un service dédié exclusivement au visionnement d’animes en V.O.

Accessoires - Sony PlayStation 4

Les accessoires

Playstation 4 Eye

Le Playstation 4 Eye est de retour pour une troisième génération d’affilée! Cette fois, il prend la forme d’un petit prisme disposant de deux lentilles avec une ouverture de F/2.0 qui filment à 60 IPS avec une résolution de 1280 x 800 pixels. On peut aussi en ajuster la hauteur à partir du dernier cube qui le forme. La caméra se connecte dans la prise auxiliaire à l’arrière de la console afin de libérer les prises USB et elle est accompagnée d’un support pliable destiné à l’ajuster à un téléviseur aux rebords trop fins. Sony recommande cependant de poser le gadget à la hauteur de votre canapé.

Sony PlayStation 4 eye

Pour l’instant, son utilité se limite à la reconnaissance faciale (afin de se connecter automatiquement au Playstation Network) ainsi qu’à énoncer les commandes vocales sans l’utilisation de l’oreillette. Elle fait aussi usage de ces fameuses barres lumineuses que l’on trouve sur les Dualshock afin de communiquer plusieurs informations ou simplement de s’amuser avec celles-ci via The Playroom, une application très amusante les cinq premières minutes qui nous permet de jouer avec un ami à un type de Pong futuriste en réalité augmentée. On espère voir rapidement plus de jeux compatibles avec le Playstation 4 Eye et le Playstation Move de la PS3, compatible avec la nouvelle console.

Playstation Vita

Le Remote Play de la Playstation Vita est tout simplement magique. Depuis des années, on attend du véritable streaming. Le Smartglass nous l’avait promis à ses débuts, mais ne l’a jamais mis en pratique. À la manière de la manette de la Wii U, elle peut servir de manette supplémentaire ou simplement nous laisser continuer une partie de Battlefield 4 dans le confort de son lit.

Mais le Remote Play est techniquement largement supérieur à la Wii U puisque grâce cette fonctionnalité, tout le contenu de la Playstation 4 s’affiche sur la Vita et tout les jeux sont compatibles, même les plus beaux qui soient (difficile de s’imaginer Killzone Shadow Fall sur une console portable, n’est-ce pas ?).

PS Vita - PlayStation 4 - Sony - Need for Speed - Test Geeks and Com

J’en ai même profité pour jouer à Need for Speed: Rivals lors du souper. Pas de latence, pas de perte de qualité, juste une résolution revue à la baisse pour se conformer à l’écran de la console (960 x 544 pixels) et selon moi des couleurs bien plus belles sur le modèle OLED. Certains jeux doivent procéder à un remapping des touches puisque la Vita ne dispose pas des boutons R1, L1, R3 et L3. Au lieu de cela, les touches sont réparties sur les quatre cotés de l’écran tactile arrière. Plutôt déstabilisant au début, cette façon de jouer devient agréable au fil du temps.

La console dispose aussi d’un mode second écran, qui, avec certains jeux (qu’on attend toujours), afficheront des informations supplémentaires. Cartes interactives, accès rapides à certains menus, il faudra voir le résultat lors de la sortie de certains jeux compatibles, puisque contrairement au remote play, cette fonctionnalité est totalement facultative et peut paraître inutile avec l’apparition des Companions Apps.

Companion Apps  et PlayStation App

Il fallait s’y attendre, avec la nouvelle génération, les applications mobiles accompagnant certains jeux sont omniprésentes, dont la Playstation App, qui vaut tout de même le coup d’oeil puisqu’elle facilitera la communication entre certains joueurs en déplacement. J’ai rapidement téléchargé les applications compatibles avec le line-up PS4, et la ludothèque est plutôt épaisse…et même trop, pour des jeux sortis simultanément.

  • Music Unlimited
  • Playstation App
  • Call of Duty Ghosts App
  • Need for Speed Autolog
  • Battlelog
  • Battlefield 4 Commander (Tablettes uniquement)
  • Assassin’s Creed IV: Black Flag Companion (Tablettes uniquement)

Inutile de s’attarder sur toutes ces applications, celle qui nous concerne tous, c’est la Playstation App dont nous vous parlions lors de son annonce en septembre dernier.

Tout comme la Vita, elle propose l’option de second écran une fois connectée à la console, que bien sûr, je ne peux malheureusement toujours pas tester. On peut aussi faire passer la console en mode veille, ou la rallumer si elle l’était déjà. La section PSN propose d’accéder au Playstation Store et de télécharger à distance ses jeux et applications, mais n’est pas encore disponible. On peut aussi écrire ou envoyer des messages vocaux à ses contacts, recevoir les notifications, invitations et alertes de jeux de la console, accéder à ses trophées, à son profil et enfin à sa liste d’amis. Une troisième section, dont on ne sait toujours rien, affiche Coming Soon, nous verrons ce que cela peut bien être d’ici quelques semaines, du moins, on l’espère…

Manettes de jeu Dualshock 4

Le périphérique le plus important, enfin. Désormais, on peut recharger la manette à partir de n’importe quel port USB, et non seulement par le biais de la console. À première vue, la Dualshock 4 est une dalle tactile avec une belle petite lumière inutile à l’arrière pour certains. C’est faux. C’est un concentré d’innovation et de retouches des imperfections de l’ancienne manette.

Le plastique haut de gamme, le haut-parleur qui se révèle très utile, le port jack 3.5 mm accueillant vos écouteurs, la symétrie parfaite entre les quatre boutons de la gamme Playstation, qui se retrouvent sur un type de dalle lustréene sont que des aperçus de ce que peut offrir la manette. Les gâchettes ont aussi été modifiées et embrassent la forme de l’index de façon à ne jamais glisser, mais aussi à optimiser la vitesse de tir sur les FPS. Les joysticks adoptent désormais une forme concave, là aussi pour éviter de glisser. Ils s’adaptent parfaitement à la forme de nos pouces tout en permettant un accès plus rapide aux boutons L3 et R3.

Dualshock 4 - Sony PlayStation 4

Interrogeons-nous maintenant sur la dalle tactile, sert-elle réellement ou est-elle là pour apporter un semblant d’innovation ? Elle est en fait très utile. Sur tous les FPS, un clic sur celle-ci permet un accès rapide au tableau des scores, sur Killzone Shadow Fall, glisser nos doigts permet de donner des ordres à l’OWL, notre petit robot personnel, sur The Playroom, on peut lancer de petits robots dans la pièce ou les voir se dandiner à l’intérieur de la manette, et finalement, sur InFamous: Second Son, elle sera un élément clé du jeu puisque c’est en glissant nos doigts que nous pourrons utiliser les pouvoirs de feu, vapeur et de néon de Delsin.

La Dualshock 4 est une réussite sur tous les points et prouve que tout compte fait, on peut très bien jouer à un FPS avec des sticks positionnés de cette façon si ceux-ci sont perfectionnés.

Les jeux Next-Gen sur la PlayStation 4 de Sony

Avez-vous déjà acheté une console le premier jour (Wii U, Xbox 360, Playstation 3, Wii, 3DS, Vita, etc.) pour finalement la laisser prendre la poussière pendant des mois, car aucun jeu ne présentait d’intérêt à sa sortie ? Cela m’est arrivé régulièrement, mais pour la première fois depuis la Nintendo Gamecube, j’ai eu l’occasion de m’amuser sans rejouer à mes anciennes consoles. Voici deux jeux auxquels j’ai joué qui valaient la peine de faire parler (dont une exclusivité hallucinante). Ces jeux sont présentés à l’aide de deux tests rapides, mais qui ciblent exactement ce que vous cherchez en achetant une nouvelle console : une claque graphique et une excellente jouabilité.

Killzone Shadow Fall

Ce jeu respire la nouvelle génération. Sur le mode solo, on admire en 1080P (mais 30 IPS) des paysages futuristes avec un rendu photoréaliste, c’est tout simplement incroyable. Mais pourquoi 30 images/seconde alors que nous sommes passés au niveau supérieur ? En plus de gérer un territoire énorme et détaillé méticuleusement, d’effets météos et de lumières à s’en décoller la rétine, le jeu doit également faire avec une très grande quantité d’ennemis et d’explosions. N’oublions pas que nous ne sommes qu’aux débuts de la console, et que l’optimisation n’est pas toujours parfaite. Cependant ici, nous avons droit à du 30 IPS constant alors que le jeu atteint 60 IPS constant en mode multi-joueur, que je qualifierai d’aussi beau que le mode solo.

Alors, de quoi parle ce mode solo ? Pour les fans des précédents Killzone, on change complètement d’univers, de scénario, et de style graphique. Des lieux plus coloré que les précédents, un aspect militaire bien moins prononcé et un monde bien plus futuriste sont ce qui constitue la recette du nouveau jeu, suite indirecte de la saga.. Au tout début, vous incarnez le protagoniste alors qu’il n’est encore qu’un enfant et qu’une crise politique éclate. Celui-ci et son père rencontreront un Shadow marshall des forces spéciales qui les aidera à fuir, mais le père de notre héros mourra quelques minutes après le début du jeu et celui-ci sera pris sous l’aile du marshall. En 10 minutes, nous voyons notre personnage grandir à travers les missions jusqu’à attendre la vingtaine et à devenir à son tour membre des forces spéciales. C’est là que le jeu commence réellement. Le véritable défaut du jeu (mis à part quelques clichés et sa V.F.) concerne sa difficulté mal dosée. Le premier chapitre est un véritable challenge même pour les plus aguerris d’entre vous et à force de mourir, vous vous tournerez rapidement vers le mode multi-joueur simple, original et amusant.

Le multi-joueur est un mélange prononcé entre Halo, Call of Duty et Battlefield. Les cartes sont plus petites que celles de Battlefield mais plus grande que celles de Call Of Duty : elles correspondent à celles que vous pouvez trouver dans Halo Reach. Dès le départ, tout le monde est mis sur un pied d’égalité, les seuls objets à obtenir sont des accessoires pour vos armes qui vous permettent de jouer différemment. Ceux-ci s’obtiennent en réalisant des défis au lieu de monter de niveau ou de tuer 2 000 joueurs avec la même arme. Le jeu offre environ 1 500 défis, histoire de vous tenir en haleine jusqu’en février où vous pourrez commencer à mettre la main sur #Driveclub (qui depuis quelques temps s’est grandement amélioré), InFamous et Watch Dogs. Les modes de jeux sont entièrement modifiables à votre guise : vous décidez quelles armes sont autorisées, si les pouvoirs sont autorisés, si les joueurs peuvent porter des accessoires ou se blesser entre alliés et vous pouvez même combiner différents modes (match à mort, recherche et destruction, capture de relais) afin de créer une seule grande Warzone. La fluidité du jeu en fait une expérience hors du commun, digne de la véritable next-gen, et pourtant nous n’en sommes qu’à ses débuts. Ce mode aurait pu être élevé au rang de celui d’Halo 3 si Guerrilla Games y avait inclus un éditeur de carte !

Need for Speed Rivals

Need for Speed Rivals est le seul jeu de course disponible sur Playstation 4 à ce jour, mais course est un bien grand mot pour EA, on le qualifiera plutôt de jeu de voitures sociales. Le jeu n’est pas mauvais du tout, il est bien réalisé et amusant, dommage cependant que ce soit du 1080p 30 IPS. Par contre, le jeu est très mal scénarisé et dénué d’intérêt une fois le tutoriel passé. On nous propose une seule fois le tutoriel de chaque faction afin de choisir notre coté, à savoir, la police ou les conducteurs. Les policiers ont pour but d’arrêter les conducteurs à l’aide de gadgets tels que des bombes IEM ou de vulgaires clous. Les conducteurs, eux, doivent simplement conduire ou démolir d’autres voitures en espérant pouvoir fuir les policiers.

Je pense que l’objectif d’EA est de motiver les joueurs à jouer à entre eux. Le jeu m’averti fréquemment de télécharger Autolog sur mon iPhone et d’accéder au site communautaire du jeu afin de « créer des épreuves », ce dont je n’ai pas vraiment envie, vous comprendrez vite pourquoi. Après être entré dans une session où une vingtaine de joueurs se promenaient, j’ai été écoeuré par la communauté. Insultes à tout va, cris d’enfants, bruits étranges… bref, je suis reparti jouer seul de mon coté.

On nous propose de compléter des Speedwall, un ensemble de trois mini défis nous permettant de débloquer un nouveau véhicule que l’on pourra acheter avec nos speedpoints accumulés trop rapidement. Par exemple, si j’obtiens une médaille de bronze dans une Super poursuite, que je bouscule deux policiers et que je réussis une attaque avec dispositifs (j’ignore franchement ce que c’est, le jeu ne nous expliquant rien), j’aurai accès à une BMW M3 GTS pour 20 000 SP, alors que j’ai pu obtenir en quinze minutes de promenade 100 000 SP.

Pour passer le temps sur sa Vita lorsqu’on est éloigné de la console, ce jeu est parfait et très simple à manipuler. Dans le salon, tournez-vous plutôt vers les autres jeux du lancement. Le jeu nous propose des graphismes en dessous de ce à quoi l’on peut s’attendre, mais au dessus de ce qu’offrent la PS3, la Xbox 360 et la Wii U. Il aurait été bien plus amusant avec un mode multi-joueur local, sans les avis répétitifs qui nous demandent de nous connecter à leurs services.

Conclusion

La console de Sony s’est offerte un excellent lancement : un million de ventes en 24 heures aux États-Unis et une rupture de stock, Un lancement mérité et moins difficile qu’on aurait pu prévoir. Un lancement que je n’avais pas vécu depuis la Nintendo Gamecube. Une journée après sa sortie, les serveurs étaient fonctionnels, sans déconnexion ou latence lors de mes parties. Je pouvais écouter simultanément Queen en streaming via Music Unlimited.

La console offre une expérience de jeu conviviale et vise véritablement le pure gaming comme Sony nous l’avait promis. Je lui reproche cependant trop de Companion Apps (la faute aux éditeurs?), de ne pas avoir assez mis l’accent sur le Playstation 4 Eye et de ne pas être assez ouverte sur l’exportation des vidéos vers un ordinateur ou vers YouTube. Enfin, il sera intéressant de comparer la Xbox One à la PS4 afin de déterminer si l’expérience multimédia est véritablement ce qui la démarque de sa concurrente.

Il est aussi important de noter que certaines consoles ont connu des difficultés lors du lancement. Selon un communiqué de Sony, 0.4 % des consoles disponibles au lancement auront un problème matériel. Si c’est le cas de votre console, n’oubliez pas que celle-ci est sous garantie. Sony échangera votre console si vous contactez directement son service à la clientèle.

Avant de procéder aux plus et aux moins de la console, laissez-moi vous lister les jeux et applications disponibles;

Les jeux disponibles au lancement

  • Angry Birds: Star Wars, offert en boîte et en version digitale
  • Assassin’s Creed IV Black Flag, offert en boîte et en version digitale
  • Battlefield 4, offert en boîte et en version digitale
  • Blacklight Retribution, Free to play offert en version digitale
  • Call of Duty Ghosts, offert en boîte et en version digitale
  • Contrast, offre gratuite du PSN Plus du mois
  • DC Universe Online, Free to play offert en version digitale
  • Fifa 14, offert en boîte et en version digitale
  • Flower, offert en version digitale
  • Injustice: Gods Among Us Ultimate Edition, offert en boîte et en version digitale
  • Just Dance 2014, offert en boîte et en version digitale
  • Killzone Shadow Fall, offert en boîte et en version digitale
  • Knack, offert en boîte et en version digitale
  • Lego Marvel Heroes, offert en boîte et en version digitale
  • Madden NFL 25, offert en boîte et en version digitale
  • NBA 2K14, offert en boîte et en version digitale
  • Need for Speed Rivals, offert en boîte et en version digitale
  • Resogun, offre gratuite du PSN Plus du mois
  • Skylanders SWAP Force, offert en boîte
  • Sound Shapes, offert en version digitale
  • Super Motherload, offert en version digitale
  • Trine 2: Complete Story, offert en version digitale
  • Warframe, Free to Play offert en version digitale

Les applications

  • Amazon Instant Video
  • Crackle
  • Crunchyroll
  • EPIX (É-U seulement)
  • Hulu Plus
  • NBA Game Time (É-U seulement)
  • Netflix
  • NHL GameCenter LIVE
  • Redbox Instant by Verizon (É-U seulement)
  • The Playroom
  • VUDU
  • YuppTV (É-U seulement)
  • Music Unlimited
  • Video Unlimited

Comparatif de prix (France)

NOTES
Niveau d'enthousiasme
8
PARTAGER

Joueur depuis l'âge de 3 ans, passionné de téléphonie et de communications, j'aspire à rejoindre l'industrie des médias un jour ou l'autre.