Avis de la rédaction – Quel avenir pour Nintendo ?

1

Nintendo - Logo presentation

Les prévisions concernant les résultats financiers de Nintendo ont bousculé l’industrie cette semaine. L’entreprise, en proie à des difficultés financières, a révélé que les ventes de ses consoles et de ses jeux pour l’année fiscale 2013-2014 seront bien en deçà des prévisions réalisées. La perte annuelle serait de 25 milliards de yens soit 240 millions de dollars et le chiffre d’affaires de la compagnie approcherait les 590 milliards de Yens contre les 920 milliards de prévus.

Le groupe, qui pensait vendre 9 millions d’unités de sa console Wii U prévoit n’en vendre que 2,8 millions. La 3DS connaît le même sort, les prévisions portant les ventes à 13,5 millions contre 18 millions annoncées initialement. Les ventes des jeux seront également décevantes, les prévisions de 38 millions de jeux prévus pour la Wii U et 80 millions de jeux 3DS ont été revues à la baisse respectivement à 19 millions et 66 millions de jeux.

L’équipe s’est interrogée sur les raisons pouvant expliquer cette situation pour Nintendo mais surtout sur des pistes que l’entreprise pourrait entrevoir pour l’avenir. Plutôt que de vous offrir l’article d’un seul collaborateur, nous avons décidé de reprendre les principaux traits de notre discussion sur notre groupe Facebook et de vous présenter le point de vue de chacun. L’annonce a fait réagir sur Internet, ce qui démontre que beaucoup de joueurs sont encore attachés à la marque, même ceux l’ayant délaissée au cours des dernières années.

Nous vous invitons à participer à la conversation en déposant vos commentaires!

Charles-Youssef Aumais : « La Wii U n’a pas beaucoup de jeux et les éditeurs tiers l’ont délaissée, car la clientèle de base est trop minime. Le faible catalogue peut expliquer cette situation, mais plusieurs jeux intéressants sont prévus tels que Smash Bros U, Zelda U et Mario Kart 8. Ces jeux restent, encore et toujours, les meilleurs vendeurs de chaque console Nintendo. Malheureusement, leurs délais de sortie sont beaucoup trop longs. Je m’interroge sur la difficulté de lancer un Mario Sunshine 2 ou tout autre jeu de la franchise en 3D Open. De plus, pourquoi l’entreprise n’a-t-elle pas encore intégré les jeux de Nintendo 64 à la Wii U, ce que la Wii offrait déjà? Par contre, Super Mario 3D World a été un succès et prouve tout de même que la console a des chances de réussite. »

Steve Rodrigue : « Nintendo vogue encore trop sur la nostalgie de ses joueurs. Les gens qui n’aiment pas les franchises de Nintendo n’ont aucun intérêt à acheter l’une de leurs consoles. Les jeux tels que Mario ne m’a jamais attiré et rien ne m’incite à faire le saut. Aussi, pour avoir des enfants à la maison, je constate que personne ne réclame Nintendo comme c’était le cas par le passé lorsque nous étions plus jeunes, mes filles réclament des tablettes et des iPod. »

Benoit Chamontin : « Je pense que l’entreprise doit changer son image d’entreprise limitée à la clientèle cible des enfants. À cause de certaines erreurs de communication autour de la Wii U. Beaucoup pensent encore qu’il s’agit d’une simple Wii 2 qui propose encore des graphismes de basse résolution et seulement des jeux de l’univers Nintendo. Certains me demandent encore s’il s’agit d’une console portable. Aucun nouveau titre d’une licence Nintendo reconnue (Mario Kart, Super Mario, Zelda…) n’était présente lors de son lancement.

De plus, l’absence d’un catalogue solide pendant la première année couplée à des ventes qui n’étaient pas au rendez-vous ont fait en sorte que les éditeurs ont été frileux à investir sur la plateforme. Certains parlent aussi de contraintes techniques également. Enfin la sortie retardée de Rayman par Ubisoft pour un portage sur toutes plateformes ou les déclarations de Electronic Arts n’ont pas envoyé de bons messages dans l’industrie.

L’entreprise devrait également penser mobile avec le développement de ses jeux sur ces plateformes dans l’idée d’accroître le poids de ses licences. Malgré tout l’expérience serait toujours plus importante sur les consoles de la marque. Bien que Nintendo s’est longtemps battue contre des plateformes tierces, les tablettes et téléphones cellulaires notamment concurrencent réellement  les consoles de Nintendo avec le public de joueurs occasionnels ciblés. Et les graphismes sont maintenant au rendez-vous! Hors, la Wii, tout comme la DS, avait touché un public différent, ceux qui achètent moins de consoles.

Je suis d’accord que si les licences sont facteurs de croissance, il est d’ailleurs important de bien les entretenir, celles-ci peuvent connaitre un essoufflement et avoir un impact sur l’image que Nintendo veut véhiculer. Il est donc important d’en réinventer de nouvelles ainsi que de nouveaux mécanismes pour amener de nouvelles générations de joueurs. Si les ventes augmentent, les éditeurs reviendront. Nintendo doit préparer l’avenir, mais de grands défis sont présents et c’est un gros challenge pour l’entreprise de renouveler son public et de penser Nintendo hors de cet univers pour enfants et grands enfants. Je dois tout de même avouer avoir moi-même beaucoup apprécié Super Mario 3D World. Il s’agit du premier jeu, selon moi, où Nintendo a pensé à une licence maison pour la Wii U exploitant son potentiel.

Il faut garder en tête ici que la question n’est pas vraiment la Wii U car celle-ci est encore jeune, elle a du potentiel et, comme pour d’autres produits de Nintendo, l’entreprise peut tenir avec et réaliser de bonnes ventes par la suite. La question est celle du développement global de Nintendo. Et c’est très intéressant d’imaginer cet avenir comme ils doivent le faire en interne. »

Mario Kart 8 - Wii U - Nintendo

Jean-François Bourré : « Je prépare un article sur Mario 3D World où je souligne beaucoup la nostalgie autour des jeux Nintendo mais je pense qu’il est encore beaucoup trop tôt pour faire des prévisions pour les prochaines années et même annoncer la mort de la console. La 3DS, bien que les ventes sont moindres que celles de prévues par Nintendo, s’est tout de même très bien vendue depuis sa sortie, alors que tout le monde disait que la console n’avait aucune chance sur le marché. La console Nintendo Wii U devrait s’intégrer avec la Nintendo 3DS tel fut le cas pour le Gamecube et le Gameboy Advance. La Nintendo 3DS pourrait faire office de gamepad. Cela ferait en sorte que plus d’un joueur pourrait se servir de l’écrant tactile en même temps. Bref, les idées sont là, et je suis sûr que je n’invente rien.

Le marketing douteux de la Wii U, qui se fait passer beaucoup plus pour un périphérique à la Wii qu’une nouvelle console, est tout simplement un gros échec. Je crois que le tout est dû à la fermeture d’esprit des dirigeants qui se font vieillissants. Une cure de jeunesse dans l’administration en plus d’une ouverture d’esprit de ces derniers peut sûrement amener le vent de fraîcheur et le rattrapage technologique dont Nintendo a clairement besoin. »

Steve Rodrigue : « Je trouve fascinant les gens qui protègent et défendent Nintendo presque aveuglément. L’univers de Nintendo est très fermé/clos. C’est, de mon point de vue, l’écosystème de jeu le plus difficile à apprivoiser et à approcher. Pas de jeux mobiles. Pas de nouvelles licences pour aller chercher les joueurs qui ont grandi et qui n’aiment plus Mario ou Zelda ou les Pokemon… Pas non plus de prétention multimédia pour valoriser le matériel qu’ils connectent à nos grands écrans. Est-ce que Nintendo va devenir niche? »

Ludovic Gollion : « J’ai lu aujourd’hui que Nintendo augmente leurs dépenses de R&D pour fabriquer, déjà, une succession. Je ne suis pas sûr qu’ils vont longtemps s’obstiner pour ce modèle. Ce qui est très dommage, car le potentiel est réellement présent. On doit rendre à Nintendo l’origine de nombreuses innovations dans le jeu vidéo et la jouabilité, et c’est pour cela que beaucoup défendent encore l’entreprise, mais je conçois qu’ils ont du mal à s’ouvrir tant à de nos nouveaux publics que dans leur écosystème. ».

Charles-Youssef Aumais : « L’historique de Nintendo force le respect : le motion-gaming, la connectivité entre console de salon et console portable, le 64-Bit, avoir développé le meilleur jeu de plate-forme de l’histoire du jeu… Il s’agit tout de même de réussites qu’il faut souligner. »

Steve Rodrigue : « Le passé n’est pas garant de l’avenir, Xerox a également su innover, parlons-nous encore d’eux aujourd’hui? Nintendo se fie trop à ses succès passés. Je ne souhaite pas leur mort, mais pour regagner les consommateurs, ils ont vraiment beaucoup de travail à faire. »

Mario 3D

Myriam Balian : « Le problème à mon avis réside dans plusieurs causes : ils ont, en effet, mal communiqué sur la Wii U, les core-fans de Nintendo ne sont pas suffisants pour vendre assez de consoles, les studios ne veulent pas développer pour une console qui n’a pas un potentiel de ventes intéressant, les licences sont trop utilisées et il y a très peu d’innovation dans les jeux. Aussi, beaucoup de gens qui ont acheté la Wii n’achèteront pas de nouvelle console de jeu, ils ont gagné des consommateurs qui ont malheureusement laissé la console prendre la poussière. Le succès de la Wii a donné de grands espoirs aux investisseurs et à l’entreprise.

Par contre, je ne crois pas que l’entreprise va devenir uniquement un éditeur de jeu comme certains le prédisent. Mais je pense que des dirigeants vont devoir quitter l’entreprise et qu’un nouveau vent va souffler dans les prochaines années. Toutes les compagnies connaissent le désert, Sony aussi a connu des difficultés financières avec certains produits et lors du lancement de la PS3. Ils ont réussi à se reprendre. Par contre, Sony avait plusieurs secteurs d’activités pour sauver le bateau, il est clair que l’exercice sera plus difficile pour Nintendo. »

Benoit Chamontin : « Oui, c’est un point à souligner, Nintendo ne deviendra pas un simple éditeur, mais comme BlackBerry (oui, j’ose la comparaison) il y a un souci majeur auquel doit répondre l’entreprise : l’écosystème global. Il faudra donc que Nintendo ose sortir de son environnement et développe son écosystème global y compris la partie en ligne. Mais il faudra oser se repenser et prendre certains virages pour être l’entreprise qu’elle veut être dans l’industrie du jeu vidéo. »

Chris Marle : « Alors que Microsoft est très présent sur les plateformes mobiles (comme Sony d’ailleurs) avec notamment la présence d’Xbox Live pour les jeux sur Windows Phone, iOS et Android, nous voyons que malheureusement Nintendo n’emboîte pas le pas. Nous ne pouvons cacher que l’entreprise possède de fortes franchises comme The Legend of Zelda, Super Mario et Metroid. Je crois que ces franchises devraient être sur mobile et que cela leur serait une importante source de revenus (quitte à lancer les nouveaux titres en premier exclusivement sur la Nintendo 3DS puis par la suite sur iOS et Android).

Un autre point que je souhaite souligner est l’interaction que la Wii U devrait avoir avec nos appareils mobiles. Microsoft a Xbox SmartGlass pour contrôler son compte Xbox Live ainsi que sa console et même un plus petit joueur comme Steam possède une application pour gérer notre compte et acheter/installer des jeux à distance sur notre ordinateur à partir de notre appareil mobile.

Je crois que si Nintendo travaillait sur les deux points que j’ai cité, leur situation ne pourraient être que meilleure et je pense que leurs gros titres sur iOS et Android se vendraient comme des petits pains chauds. »

Claire Desbois : « Le panel de jeu est limité mais en plus, les jeux de grosses licences telles que Batman ou Assassin’s Creed sont généralement portés tardivement, parfois même de manière tronquée par rapport aux originaux sur certains aspects. Ça peut satisfaire les joueurs qui ont déjà une Wii U mais si c’est ce type de jeux intéresse un joueur, ce n’est pas la Wii U qu’il va acheter.

Nintendo a commencé à faire de la communication sur leurs outils de développement pour attirer des développeurs indépendants sur leur marché comme j’ai pu le constater à la Game Connection à Paris. En soit, c’est bien, mais c’est tardif. Des excellents jeux sont sortis sur la Wii lors de sa dernière année, et si Nintendo souhaite réitérer l’expérience, cela n’augure rien de bon. Plusieurs de ses jeux se sont mal vendus malgré leur qualité parce que les gens susceptibles d’être intéressés avaient soit rangé ou revendu leur console.

Pour finir, le marché en ligne Nintendo est sérieusement à revoir. Peu ergonomique et désagréable à l’utilisation, le parcourir relève du parcours du combattant. Les utilisateurs achètent de plus en plus en téléchargement et avoir un marché agréable à naviguer me semble assez vital. »

Michaël Bertiaux : «  La situation actuelle de la Wii U me rappelle étrangement celle de la GameCube. Faute d’un marketing adéquat, Nintendo peine à attirer les développeurs tiers. La console, qui pourtant a beaucoup de potentiel avec sa GamePad et ses fonctionnalités gyroscopiques, est plongée dans un véritable cercle vicieux où, d’une part, les studios n’osent pas créer du contenu pour une machine moins populaire et, d’autre part, Nintendo s’évertue à adopter une politique trop conservatrice.

À ce sujet, nous pouvons critiquer avec justesse le manque d’opportunisme de la société japonaise, trop ancrée dans le passé. Une critique ironique puisque le fabricant a été le premier à promouvoir la 3D et d’autres technologies avant-gardistes. Cependant, Nintendo dort sur une pléiade de propriétés intellectuelles qu’elle laisse prendre la poussière et qui seraient parfaites pour sa Wii U. Elle se refuse aussi à embrasser le monde non pas de la mobilité (hérétiques!), mais bien des communautés en ligne. Cet aspect du jeu vidéo a explosé au cours des dernières années et Nintendo fait encore cavalier seul en la matière de par son incapacité à fournir des services online comme ceux que nous retrouvons chez Sony ou Microsoft. Le Miiverse est un bon départ, mais nous sommes loin encore d’un PSN ou d’un XBLA.

Les solutions, pour moi, sont évidentes : créer davantage de produits qui ne sont pas des Mario, des Zelda ou des Pokémon; offrir davantage de fonctionnalités en ligne soutenu par un service compétitif avec des prix abordables; miser sur des campagnes marketing qui vantent les expériences de jeu et non l’aspect familial de la console, un retour du « Play It Loud » dont les fans de Super Nintendo se souviendront; annoncer (et vite) des projets qui susciteront l’intérêt général car la ludothèque de la Wii U est anémique en ce moment, avec seuls X et Bayonetta 2 à l’horizon parmi les jeux attendus qui ne sont pas développés par un studio interne de Nintendo.

En conclusion, je crois que Nintendo saura renverser la vapeur et donner à la Wii U une nouvelle vie. Les ventes sont peut-être désastreuses, mais avant de sauter aux conclusions, j’aimerais rappeler que la GameCube et la Nintendo 64 n’étaient pas au top non plus. Nintendo a les moyens de se rattraper, et cela passe d’abord et avant tout par les jeux et l’adoption d’une mentalité un peu plus progressiste, actuelle. »

Pour conclure, l’équipe est d’accord pour dire que l’entreprise a encore de belles années à venir mais celle-ci doit se préparer aux défis qui l’attendent dans le but de mieux s’intégrer à un marché auquel elle semble de plus en plus déconnectée. Et selon vous, quelles sont les raisons qui expliquent les résultats financiers de Nintendo ? Quel avenir attend l’entreprise et quelles sont les idées que vous proposeriez ?

PARTAGER

Élevée à la culture du Web, je suis gameuse IRL, un peu nerd, pas trop troll (#6seasonsandamovie), passionnée de géopolitique et de mouvements culturels et sociaux.