Nintendo continue sa lancée sur la route des portages 3DS avec son premier titre exclusif à la New Nintendo 3DS : Xenoblade Chronicles 3D. Initialement sorti sur Wii en 2010 au Japon, 2011 en Europe, et 2012 au Canada, le jeu a connu un véritable succès critique, en témoigne sa note metacritic de 92 en presse et 8.8 côté joueur ! Le jeu a été développé par Monolith Soft, un studio appartement à Nintendo. Xenoblade Chronicles est certainement l’un des meilleurs jeux de rôle japonais (J-RPG) depuis plus de 10 ans, cette version 3DS, dont le portage a été confié à Monster Games, fait-elle honneur au titre ? C’est ce que nous allons découvrir.

Fiche technique

  • Date de sortie : 2 avril 2015 (Europe) / 10 avril 2015 (Amérique du Nord)
  • Style : Jeux de rôles japonais
  • Classement ESRB / PEGI : T / PEGI 12
  • Développeur : Monolith Soft jeu original / Monster Games portage New 3DS
  • Éditeur : Nintendo
  • Langue d’exploitation : Voix en Anglais, Textes en Français
  • Disponible sur New Ninendo 3DS
  • Évalué sur New Nintendo 3DS
  • Prix lors du test : 44,99€ / 44,99$

Xenoblade Chronicles se déroule dans un monde étonnant où deux titans se sont affrontés jusqu’à la mort : Bionis et Mekonis. A la suite de ce combat, les deux êtres absolument gigantesques se sont éteints d’un sommeil profond. Chacun abrite des formes de vie différentes. Mekonis abrite les Mechons, une race de machine n’ayant apparemment pour seul but de tuer les Homz, une ethnie organique de Bionis. Les deux peuples s’affrontèrent lors d’une grande bataille au cours de laquelle la victoire des Homz fut donnée grâce à Dunban, un soldat expérimenté pouvant manier Monado : une épée d’énergie redoutable contre les Mechons. L’histoire se déroule quelques années après cet évènement, alors que la menace Mechon refait surface. Vous  suivrez Shulk, un jeune homme cherchant à percer les mystères de Monado, ainsi que ses nombreux compagnons.

La dernière référence du J-RPG dans le creux de la main

Xenoblade Chronicles est un J-RPG se déroulant dans un monde ouvert divisé en plusieurs zones, un peu à la manière de Final Fantasy XII. Vous découvrez chaque zone au fur et à mesure de votre progression dans l’aventure. Celles-ci sont vastes et regorgent de points d’intérêt. La taille des zones était impressionnante sur Nintendo Wii, il en est de même pour cette version New 3DS. On constate néanmoins qu’elles ne se valent pas toutes en terme purement esthétique, certaines sont assez fades mais rien de bien gênant.

Le jeu vous offre la possibilité de vous téléporter à tout moment aux différents points importants de chaque zone, pratique lorsque l’on se décide de partir à l’aventure pour réaliser des quêtes annexes. Ces zones apportent un sentiment d’immensité qui est l’une des principales forces de Xenoblade Chronicles. Je me suis rarement senti aussi libre et émerveillé par les environnements d’un J-RPG.

Comme dans tout RPG, les combats ont une importance non négligeable. Ils sont en temps réel, à la fois rythmés, et assez tactiques contre des ennemis ayant un niveau proche du votre. Vos personnages attaquent automatiquement et vous n’aurez qu’à choisir à quel moment utiliser les compétences de celui que vous contrôlez. Vous pouvez donner quelques ordres basiques aux autres membres du groupe. Cela peut sembler peu mais le système fonctionne bien, d’autant plus qu’il faut gérer le placement de votre personnage. En effet, certaines attaques nécessitent de vous placer d’une certaine façon par rapport à l’ennemi.

Votre escouade sera composée de trois protagonistes à choisir parmi sept. Chacun dispose de compétences qui lui sont propres. Il faudra bien équilibrer son équipe si vous voulez mener les combats sans trop de difficulté. La particularité de ce système réside en plusieurs points. Tout d’abord Shulk peut avoir des visions de l’avenir. Cette capacité vous permettra d’anticiper une attaque et d’agir en conséquence, ou bien de prévenir l’un de vos équipiers afin qu’il agisse. Un système de lien est également présent. Une fois une certaine jauge remplie, vous pouvez décider de stopper l’action pour déclencher un lien de combat. Vous devrez choisir quelles actions vos personnages effectueront, le but étant de réaliser un combo d’attaques pouvant vous donner l’avantage ou vous sortir d’une situation délicate. L’ensemble fonctionne bien, spécialement durant les combats de boss.

Évidemment le jeu n’échappe pas à quelques séances de farming pour augmenter le niveau de vos personnages. En revanche, cet aspect peut être grandement atténué si vous réalisez les nombreuses quêtes secondaires que le jeu propose. Au fur et à mesure de vos combats et quêtes, la relation entre vos personnages gagnera en force. Cet élément n’est pas à négliger car il peut vous apporter de meilleurs bonus au sein des combats, en plus de débloquer des petites scénettes entre les personnages.

Lorsqu’on parle de jeux de rôles, il est un élément indissociable de ce type de jeu : la montée de niveau. Celle-ci fonctionne de manière très classique. Vous amassez de l’expérience en combattant, en complétant des quêtes et en progressant dans l’aventure. Ainsi vous passez d’un niveau à l’autre.

En revanche, l’apprentissage des compétences est plus original. Chaque personnage dispose de trois arbres de compétences, chacun est composé de 5 compétences. Vous devez sélectionner un arbre afin que votre personnage concentre son expérience pour débloquer les compétences associées. Vous pouvez d’ailleurs changer d’arbre à tout moment. Une fois ces compétences débloquées, vous pouvez les partager avec vos autres compagnons. Le système est plutôt intéressant et invite à une vraie réflexion.

En plus de ce système d’expérience et de compétences, vous pourrez équiper vos personnages avec de nombreuses pièces d’équipements. Chacune d’entre elle est d’ailleurs visible sur le personnage, chose assez rare dans un J-RPG pour être soulignée. Il existe trois types d’armures (légère, intermédiaire et lourde), différents types d’armes, d’accessoires, etc. Vous pouvez également améliorer certaines pièces d’équipements à l’aide de gemmes que vous trouverez et/ou pouvez fabriquer.

Xenoblade chronicles 3D

Xenoblade Chronicles repose sur certaines mécaniques de MMORPG pour occuper le joueur, cela passe notamment par une immense quantité de quêtes secondaires à réaliser. Ces dernières ne sont pas forcément toutes très intéressantes, mais la souplesse du système permet d’éviter certaines frustrations. En effet, lorsque vous récupèrerez certains objets, une vision vous montrera qu’ils serviront pour une quête. Ces objets seront alors mis en valeur par un point d’exclamation dans votre inventaire. Un repère bien pratique pour vous éviter de les vendre.

De plus, la plupart des quêtes ne nécessitent pas de revenir voir le personnage qui vous l’a confié pour la compléter, cela évite bien des allers-retours fastidieux. Certaines quêtes sont plus intéressantes car elles vous permettent de développer les liens sociaux qui existent entre de nombreux personnages.

Le menu du jeu vous permet d’accéder à une sorte de toile sociale reliant entre eux les différents personnages du monde de Xenoblade Chronicles. Vos actions pourront influencer certaines relations dans le bon ou le mauvais sens. Ce système va de paire avec la reconstruction d’une ville. Au bout d’un moment, vous serez amener à participer à cette reconstruction par l’intermédiaire de quêtes secondaires. Cet aspect est d’ailleurs plutôt intéressant et gratifiant.

Parlons maintenant du portage sur la New 3DS de manière plus spécifique. L’interface globale du jeu reste presque inchangée. Les habitués de l’épisode Wii ne devraient donc pas être perdus. En revanche, la tâche pourrait bien être un peu plus compliquée pour les nouveaux venus de cette version New 3DS. L’ergonomie générale est perfectible et les nombreux menus du jeu peuvent faire peur lorsque l’on débute l’aventure. La maniabilité est bonne et on sent l’apport du C-Stick.

Le jeu est plutôt joli compte tenu de l’immensité du monde. Il est moins fin que sur Nintendo Wii, mais c’est assez normal. J’ai vu beaucoup de commentaires sur la relative laideur du jeu, il n’en est rien. Il faut bien distinguer performance technique, et direction artistique qui sont deux choses complètement différentes. Techniquement le jeu fait honneur à la New 3DS. Le jeu est fluide malgré quelques chutes de framerate déjà présentes sur la version Wii, ce n’est pas mieux, mais pas moins bon non plus. La qualité sonore est évidemment moindre et je regrette l’absence des voix japonaises.

Une histoire et un univers captivant

L’histoire est un élément très important de tout J-RPG, peut-être encore plus que pour un jeu de rôles de type occidental. Selon moi, Xenoblade Chronicles est une excellente réussite sur ce point. Il est difficile de l’expliquer clairement sans spoiler, c’est pour ça que je ne rentrerai pas trop dans les détails. L’histoire est centrée autour de différents thèmes assez classiques tels que la vengeance qui est le moteur de départ de l’aventure de Shulk. Ce point de départ amène les personnages à une véritable quête initiatique. Le scénario est composé de nombreux rebondissements dont certains vous scotcheront devant votre écran. La narration et la mise en scène participent grandement à nous immerger dans cette histoire captivante d’un bout à l’autre.

Une bonne histoire repose sur plusieurs éléments, l’un des principaux étant ses personnages. Encore une fois, Xenoblade Chronicles fait preuve de modèle dans le monde des J-RPG. Il fait parti de ces rares jeux où lorsqu’on voit un personnage, on se dit que jamais on accrochera à celui-ci. C’est alors que l’écriture et la personnalité de chacun d’entre eux les magnifie. Chacun des personnages est attachant et dispose d’un certain charisme. Leur histoire est développée habillement et chacun apporte sa pierre au groupe. On voit les personnages changer, évoluer, gagner en maturité, en sagesse, en courage et combativité.

Un autre élément essentiel d’une bonne histoire est l’univers. Je vais me répéter, mais une nouvelle fois le jeu se distingue par une originalité absolument géniale : Bionis et Mekonis. De mémoire je ne me souviens pas avoir déjà vécu une aventure virtuelle ayant pour terrain de jeu un colosse immense. Cet univers permet de voir des paysages absolument sublimes où l’ombre de Mekonis n’est jamais loin. L’histoire développe cet univers de fort belle manière et celui-ci apparait de plus en plus complexe et interessant. Xenoblade Chronicles propose au joueur un univers orignal et prenant que trop peu de J-RPG de ces dernières années ont su nous apporter.

Direction artistique visuel et sonore incroyable

Je terminerai par la direction artistique visuel et sonore du jeu qui est d’une qualité rarement atteinte selon moi, véritable pierre angulaire de Xenoblade Chronicles.

Le style graphique de Xenoblade pourra déranger certains, celui-ci est assez particulier et se rapproche de celui de Vagrant Story (un J-RPG de Squaresoft sorti sur Playstation), notamment concernant la modélisation des visages. En revanche pour le reste, difficile de faire la fine bouche. Le design des différents personnages et ennemis est très convaincant, mention spéciale aux Mechons pour l’aspect mechas très bien rendu. La plupart des décors sont sublimes et on sent bien l’évolution du style entre les différents lieux.

artwork de Mekonis affrontant Bionis
artwork de Mekonis affrontant Bionis

Toute la partie sonore du jeu a bénéficié d’un soin extrême, qu’il s’agisse des bruitages, de la musique, ou des doublages. Malheureusement les voix anglaises ne rendent pas honneur au jeu. Elles sont tout à fait correctes, mais les acteurs n’ont pas la même implication que leurs compères japonais. C’est bien la seule ombre au tableau de cette partie sonore (en dehors que celle-ci soit d’une moindre qualité, console portable oblige). L’ensemble de la bande-orignale du jeu est absolument magistrale et participe grandement au plaisir du jeu.

Conclusion

Pour son premier titre exclusif New 3DS, Nintendo ne prend pas de risques. Xenoblade Chronicles 3D est un jeu culte à n’en point douter, surtout si vous n’avez jamais joué à la version Wii. Ce portage New Nintendo 3DS fait honneur au jeu original et promet des dizaines d’heures d’aventure. Le gameplay de ce J-RPG délaisse le côté vieillot des formules classiques du genre pour se rapprocher d’un style plus moderne, tout en temps réel. Ajoutez à cela un univers original pour supporter une histoire absolument captivante, magnifiée par une bande-originale sublime et vous obtenez là une référence du genre dans le creux de la main.

NOTES
Note
9
PARTAGER
De nature passionné et rêveur, je suis avant tout un fervent joueur, amateur des cultures de l'imaginaire, et fan de Metal Gear Solid, Kojima-San, Mass Effect et Deus Ex. Le Jeu Vidéo me passionne aussi bien en tant qu'art, qu'en tant qu'industrie. J'aime également la science-fiction, la fantasy, le cinéma, les séries TV, la culture japonaise et bien d'autres choses.